Aller au contenu principal

Libre comme l’air

1

Route 66

Il est des mythes dont le seul nom convoque 1 001 images : tour Eiffel, Grande Muraille de Chine, Everest et… la Route 66. Au retour de trois semaines sur les 4 500 km de ce ruban qui traverse les États-Unis, Thomas Ott bouscule le mythe. Auteur de BD, il gratte simplement à l’aide d’un cutter des cartes enduites d’encre de Chine – un travail de bénédictin. Pas une parole, mais ces villes fantômes et leurs mondes oubliés ne sont pas muets pour autant. «Lumière nocturne de la nuit américaine» ou celle si travaillée d’un film noir et blanc des années 1950, détails à profusion et ironie grinçante invitent on the road again. VG

Par Thomas Ott

Louis Vuitton Travel Book
2

La Poya

Ce leporello se déplie au rythme de la première transhumance de Lise, une vache quittant avec ses congénères leur village, destination l’alpage. C’est la poya. Couronne de fleurs sur les cornes, sonnaille et courroie brodée sur l’encolure, son petit vacher à ses côtés. Le convoi gravit les pentes vers l’estive pour les mois d’été à brouter les prairies fleuries d’altitude et confectionner les fromages. Poésie aquarellée d’une tradition alpine, toujours vivace – à déplier dès 6 ans. VG

Par Fanny Dreyer

La Joie de lire
3

Roule ma poule !

Elle est complètement maboule, cette poule rondelette imaginée par le grand enfant Édouard Manceau : la voici qui se met en boule, se défoule, tourneboule, roucoule… Son histoire a l’air sans queue ni bec, mais ne vous y trompez pas : derrière cette héroïne évadée de la basse-cour se dessine un chamboule-tout poétique qui fera rire et rimer les 2-4 ans. Comme dans les cours de récréation, l’aventure termine parfois en culbutes mais toujours, on finit par se frotter les genoux et se relever… jusqu’au prochain roulé-boulé. LO

Par Édouard Manceau

Milan
4

Le nom des étoiles

Ira, ira pas ? Pete Fromm, bienheureux dans sa vie d’écrivain et père de deux garçons, hésite. Lui qui pensait avoir plié sa tenue de ranger se retrouve au cœur sauvage du Montana à réapprivoiser le silence, les torrents et les grizzlys. Sa seule mission : veiller sur la croissance d’œufs de poisson. Ce qui lui laisse des heures pour l’introspection... Plus de vingt ans après l’inoubliable Indian Creek, un récit où la solitude a des airs d’enfance retrouvée, tantôt cocasse, tantôt étreint de beauté, sincère comme une trouée de soleil après l’orage. LO

Par Pete Fromm

Gallmeister, coll. Totem
5

The littlest birds sing the prettiest songs

Lorsque la folk anglo-saxonne fredonne au berceau, les chants traditionnels écossais, la Carter Family ou le légendaire Michael Hurley bordent les petits de natures contemplatives, d’entrelacs de chlorophylle, d’hivers vacillants, de cabanes jouxtées de cerfs et de clairières tressées de primevères. Ces ballades champêtres – et leur partition – se muent alors en images délicates sous le trait de Jennie Smith, une artiste de San Francisco aux lavis minutieux. Les paysages s’animent, s’envolent. Mais cette pépite pour veillées familiales n’est pas escortée de disque. Un regret. MA

Illustré par Jennie Smith, avant-propos de Michael Hurley

Chronicle Books
Paul Smith

Article suivant

Paul Smith,
icônes de la nation