Irlande, source, voyage

Irlande
DÉTOURS
DE SOURCES

Hauteurs de la vallée de la Lee, en amont de Cork
Irlande, source, voyage
Lac Gougane Barra, source de la Lee.
Irlande, source, voyage
Cobh, port maritime du comté de Cork.
Irlande, source, voyage
Péninsule de Old Head, sur la mer Celtique.
Irlande, source, voyage
Rue de Kinsale, cité marquant le point de départ du Wild Atlantic Way.
Irlande, source, voyage
Cathédrale Saint Fin Barre’s, dédiée à Finbarr, saint patron de Cork.
Irlande, source, voyage
Sur le Wild Atlantic Way, longeant la mer Celtique
Irlande, source, voyage
Prairie de molinies, près de Lough Allua.
Irlande, source, voyage
Arrivée au lac Gougane Barra par la route de montagne.
Irlande, source, voyage
Gougane Barra National Forest Park, immense forêt préservée au bord du lac.
Irlande, source, voyage
Summerhill Street, sur la rive nord de Cork.
Irlande, source, voyage
Cronin’s Bar
Irlande, source, voyage
Cronin’s Bar
Irlande, source, voyage
Montenotte Hotel
Irlande, source, voyage
Montenotte Hotel

Aborder le sud de l’Irlande et la ville de Cork comme une terre vierge, filer le nez au vent et suivre les chemins tracés par la légende. Quand deux jeunes artistes relisent le réel au filtre de leurs rêves.

Le cœur de la ville de Cork est une île formée par la Lee, qui se scinde en deux bras distincts dans les quartiers ouest, avant de converger quelques kilomètres plus loin. Ce cœur battant est ainsi encadré par les bras du fleuve, comme un tableau sur un mur. Il suffit, pour l’atteindre, d’en emprunter l’un des 22 ponts, ou mieux encore, de remonter le cours de l’eau jusqu’au récit fondateur de la cité.

Finbarr et autres contes

On m’a souvent posé la même question au cours de ce voyage : «As-tu entendu parler du mythe du serpent ?» S’ensuivait alors l’histoire-totem du folklore local. Le personnage principal en est Finbarr, saint patron de la ville, qui a vécu il y a mille cinq cents ans. Après avoir achevé sa formation monastique, il est retourné chez lui et s’est installé sur une île, au milieu d’un lac, appelé bien plus tard Gougane Barra ou «rocher de Finbarr». Là, à l’endroit où la Lee prend sa source, il a édifié un premier monastère et aurait rencontré, selon la légende, le serpent qui habitait ces eaux. Armé de courage, il l’aurait terrassé et le monstre en fuite aurait creusé de son corps géant une tranchée jusqu’à la mer, devenue le cours du fleuve.

C’est à travers les vitres de notre véhicule que j’aperçois pour la première fois Gougane Barra, tandis que nous franchissons les collines bordant la Lee. Le seul autre élément en mouvement de ce paysage idyllique est la voiture bleue de Catherine Ketch, notre guide attitrée, qui connaît chaque repli de la vallée. À l’instant précis où je me demande si nous ne sommes pas en train de nous éloigner du lac et du fleuve, la route contourne une arête rocheuse et dévoile un paysage sans limites. Le reflet aveuglant du soleil sur les eaux semble pointer droit sur nous.

J’éteins le moteur, la photographe Sanja Marusic bondit hors de la voiture et je m’adosse au capot. Les ondulations perpétuelles à la surface du lac brouillent toute idée de temps. C’est pour découvrir cette vue, nous précise Catherine, que nous sommes arrivées par la montagne plutôt que par la route principale. Sanja lâche alors son appareil et dit que ces eaux lui paraissent plus scintillantes que nulle part ailleurs.

Même si je connais désormais la légende du saint et de son serpent, je continue à faire comme si je l’entendais pour la première fois. Et à chaque narration, des détails changent. Si Finbarr en demeure invariablement le héros, le serpent, lui, se fait dragon. Selon Kieran McCarthy, qui a fouillé pendant quinze ans l’histoire de Cork et réalisé que chaque version se teignait de l’environnement social du narrateur, il s’agit même d’un dragon ailé. La plupart des récits situent le combat de Finbarr à Gougane Barra, mais quelques dires le placent plus en aval, près de Lough Allua.

L’esprit humain m’apparaît alors comme une archive énigmatique, compilant minutieusement la moindre information. Mais la boîte qui contient tout cela est toujours sur le point de déborder et le contenu de se mélanger. Je fais quelques pas dans l’eau. De retour sur la terre ferme, une nouvelle histoire est née.

La course des songes

Sur les bords du lac, je croise quelques flâneurs. Leurs conversations et leurs rires planent sur les eaux calmes, contournent un cygne avant de me revenir. Quelques mésanges et pinsons gazouillent à proximité. Un peu plus loin, un snack, un hôtel, un petit cimetière ainsi qu’un oratoire ancien dédié au culte de Finbarr. Tout autour, les montagnes. À quelques pas de là, sur ma gauche, l’entrée du merveilleux National Forest Park, dont les hautes futaies pointent vers le ciel. Sur l’écorce, d’épaisses mousses vert pomme concurrencent les herbes élancées, fusionnant toute verdure à perte de vue.

À l’autre extrémité de Gougane Barra, là où le lac se rétrécit en un mince ruisseau, un petit pont de pierre. Le courant s’écoule d’ouest en est, de pierre en rocher, avant de disparaître derrière les arbres. Difficile d’imaginer que ce filet d’eau n’est autre que la Lee, qui va grossir au fil des 60 km qui nous séparent de Cork, de son port et se jeter dans la mer Celtique.

Pour reprendre le fil de notre histoire, Finbarr n’est pas resté à Gougane Barra. Il a suivi le cours du fleuve, s’est arrêté ici et là, édifiant sur sa route de petites chapelles. Une fois enfin fixé, il a bâti un nouveau monastère à l’endroit qui devait devenir Cork, et dont la cathédrale porte son nom. L’installation de l’université de la ville sur les berges de la Lee ne doit d’ailleurs rien au hasard. Sa devise rend un hommage appuyé au saint patron des lieux, dont le nom, décidément, se retrouve partout : «Where Finbarr Taught, Let Munster Learn» [Là où Finbarr enseigna, Munster (nom celte de la province dont Cork est la capitale) peut apprendre].

Dans un paysage sans limites, le reflet aveuglant du soleil sur les eaux semble pointer droit sur nous.

Cork est encadré par les bras du fleuve, comme un tableau sur un mur.

Vérités poétiques

Roulant vers l’est en direction de Cork, nous suivons la rivière et traversons des prairies verdoyantes qui tapissent le fond de la vallée. Des fleurs sauvages d’un jaune lumineux forment comme des haies le long de la route. Catherine précise qu’elles sont appelées aiteann en gaélique, gorse ou furze en anglais. Leur parfum nous rappelle celui de la noix de coco. Nous escaladons des roches de calcaire violacé, ponctuées d’éclats de quartz, avant de laisser nos semelles s’enfoncer dans d’épaisses et spongieuses sphaignes rouges.

Sur les bords de la Lee, la nature ne cesse de surprendre. Au début des années 1950, l’ancienne forêt de chênes de Gearagh fut abattue, laissant place à un paysage chaotique, formé de douzaines de souches mortes, émergeant des flots dans un désordre apocalyptique. On parvient ensuite au barrage d’Inniscarra, dont la muraille de 45 m stabilise aujourd’hui le niveau de la rivière – Oliver Plunkett Street, l’une des principales artères de Cork, aurait été inondée une centaine de fois depuis 1850. Sur le flanc est du barrage, un sentier forestier longe la rivière. Il ne figure pas sur les cartes et semble ne jamais finir…

Atteignant le point où le cours de la Lee se scinde en deux, nous laissons la voiture, le centre-ville s’apprécie mieux à pied. L’animation se concentre autour d’Oliver Plunkett Street. Des musiciens jouent des airs de folk au coin de la rue, c’est un vendredi après-midi baigné de soleil. Les promeneurs prennent les terrasses d’assaut.

Nous marchons jusqu’à la pointe orientale de l’île, les deux bras s’incurvent et se rejoignent, le fleuve s’élargit. De grands oiseaux décrivent des cercles au-dessus des flots, piquant vers la surface avant de remonter. Des kayaks filent. La brise remontant de la mer Celtique, à 25 km en aval, est déjà chargée de sel. Nous retournons manger un morceau dans le centre avant de nous joindre à l’effervescence des concerts donnés chaque soir dans les pubs. Parcourant les berges côté sud, la cathédrale Saint Fin Barre’s reste notre point de mire. Les Vikings eux aussi se sont fixés sur cette île, avant les colons [anglais]. L’histoire de Cork n’a pas retenu leur présence, lui préférant le périple de Finbarr, qui prit fin ici même. Comme le nôtre ce soir.

Je pense aux ménestrels et aux troubadours qui cheminaient d’une contrée à l’autre, contant des histoires qu’ils retissaient au gré des échanges, repoussant peu à peu dans l’oubli la version initiale. Les faits établis ne produisent pas de souvenirs, affirme Kieran McCarthy, mais plutôt la façon dont nous les brodons et les embellissons. Chacun ajoute au récit une dimension personnelle, singulière, et crée ainsi une réalité nouvelle. Cela se produit lorsque j’écris, lorsque Sanja saisit un paysage. Ou lorsque vous lisez ces lignes.

Lieu d’écriture

Le dernier jour, je suis retournée au Cronin’s Bar à Gougane Barra. L’intérieur, avec toutes ses couleurs, fait penser à un décor de film, sans doute parce qu’à l’extérieur, le panorama semble irréel. Breda Lucey, la propriétaire, est une dame exquise. Elle est née ici et a repris le bar, qui appartenait à son oncle. Elle nous montre l’endroit où se trouvait la cuisine du temps de sa grand-mère et nous explique que son fils tient l’hôtel d’à côté. Quand je lui raconte que je suis auteur, elle file jusqu’à sa maison, un peu plus haut sur la propriété, et revient au bout d’une minute avec un livre, The Tailor and Ansty (Eric Cross), qui retrace la vie d’un couple âgé, dans les montagnes de Gougane Barra, dans la première moitié du XXe siècle. Breda veut que je le garde. Côté folklore local, ce couple fait partie de la légende du comté de Cork. Je crois qu’il n’y aura pas de meilleur endroit où mettre notre périple par écrit…

Cronin’s Bar

Gougane Barra, Ballingeary. Tél. +353 (0)26 47031.

www.gouganebarra.com

Montenotte Hotel

Le Montenotte Hotel est un établissement luxueux qui domine la Lee, le centre-ville de Cork et les alentours depuis une colline. Les matins de grand soleil, la terrasse permet d’apprécier l’incroyable panorama en prenant le petit déjeuner. Chambres spacieuses et décoration excentrique-chic. Piscine au sous-sol. Le plus : une petite salle de cinéma, où l’on projette un film différent chaque soir. Machine à pop-corn et couvertures douillettes à disposition. Le coeur de la cité se rejoint en quinze minutes de marche vers l’ouest. Dans la direction opposée, on tombe sur une route appelée Lover’s Walk [promenade des amants], bien que le nom gaélique, Siúl Na Lobhar, signifie plutôt «rue aux lépreux»... Cette balade agréable longe quelques belles propriétés. Comme on l’aura compris, le Montenotte Hotel est le point de départ idéal pour l’exploration de Cork et de son comté.

MONTENOTTE HOTEL

Middle Glanmire Road, Cork. Tél. +353 (0)21 453 0050.

www.themontenottehotel.com
Memphis, ville, Blues

Article suivant

MEMPHIS
BLUES AGAIN

Carnet d’adresses

Cronin’s Bar

Gougane Barra, Ballingeary. Tél. +353 (0)26 47031.

www.gouganebarra.com

MONTENOTTE HOTEL

Middle Glanmire Road, Cork. Tél. +353 (0)21 453 0050.

www.themontenottehotel.com

Bars

The Oliver Plunkett

Un authentique pub irlandais en plein centre de Cork, sur plusieurs étages. Clientèle bariolée, musique live, ambiance unique. 116 Oliver Plunkett St. Tél. +353 (0)21 422 2779.

www.theoliverplunkett.com

The Crane Lane Theatre

Une venelle accueillante conduit à l’entrée de cet ancien théâtre. La première porte est celle du bar, la seconde, celle d’une petite salle où des musiciens se produisent 7 soirs par semaine. Phoenix Street. Tél. +353 (0)21 427 8487.

www.cranelanetheatre.ie

Cask

Un bar à cocktails classique au décor coloré, à deux pas du Montenotte Hotel. On peut même s’y régaler d’assiettes légères ou plus roboratives. 48 MacCurtain St. Tél. +353 (0)21 450 0913.

www.caskcork.com

À faire

Wild Atlantic Way

Le comté de Cork est apprécié pour la beauté de sa nature sauvage. Cork est bien sûr le point de départ idéal pour remonter la vallée de la Lee, mais c’est aussi là que commence la Wild Atlantic Way, route mythique qui longe la totalité du littoral irlandais. On peut l’emprunter à partir de Kinsale, cité portuaire pittoresque située à une trentaine de kilomètres au sud de Cork, connue pour ses maisons multicolores, ses panoramas à couper le souffle et ses spécialités culinaires.

Lee Valley Walking

Catherine Ketch, notre guide durant ce périple, connaît chaque paysage du comté de Cork, et les meilleurs itinéraires.

www.leevalleywalking.com

University College Cork

Ici vous aurez l’impression d’entrer à Poudlard ! Dans le Stone Corridor, une série de très anciens monolithes, gravés dans le mystérieux alphabet ogham, illustrent une forme ancestrale et codée de la langue celtique.

www.ucc.ie

Shopping

Records & Relics

Cette boutique vintage vend vinyles, vêtements et quantité d’objets et accessoires originaux. Le propriétaire n’est pas avare de conseils sur les bonnes tables et les pubs des environs, comme le Paradiso, juste à côté. 14 Lancaster Quay. Tél. +353 (0)21 229 1594.

Restaurants

The English Market

Le marché alimentaire, au coeur de Cork, est réputé pour ses spécialités locales artisanales. À l’étage, le café propose un menu à base de produits frais. Même si la faim ne vous tiraille pas, l’architecture de l’ancien bâtiment vaut le détour. Princes Street.

www.englishmarket.ie

Paradiso

Ce restaurant végétarien situé sur un quai de la Lee a été distingué par de nombreux guides touristiques. Le personnel est aux petits soins, chaleureux et fier à juste titre de ce qu’il sert. Réservation recommandée. 16 Lancaster Quay. Tél. +353 (0)21 427 7939.

www.paradiso.restaurant

 

 

Carnet d'adresses

S'y rendre

www.airfrance.com

Fréquence des vols

AIR FRANCE dessert Cork par 7 vols hebdomadaires au départ de Paris-CDG.

Aéroport d'arrivée

Aéroport international de Cork.
À 8 km de la ville.

Bureaux AIR FRANCE KLM

À l’aéroport.

Réservations

— Depuis la France : Tél. 3654.
— Depuis l’étranger :
Tél. +33 (0)892 70 26 54.

Location de voitures

Hertz, à l’aéroport.
Tél. +353 (0)21 496 5849.
www.airfrance.com/cars

Conseils aux voyageurs

Si vous louez une voiture, assurez-vous d’avoir bien lu votre contrat, car la plupart des loueurs de voitures en Irlande exigent un permis de plus de trois ans, voire huit pour certains.

A lire

Selin Kuscu a publié des nouvelles en ligne et dans des magazines.
Irlande
Gallimard, coll. GEOGuide.
Irlande
Gallimard, coll. Encyclopédies du voyage.
Irlande
Michelin, coll. Guide Vert.
L’Essentiel de l’Irlande
Michelin, Lonely Planet.

 

© Antoine Corbineau / Talkie Walkie. Carte illustrative, non contractuelle.