Hong Kong, promenade

Hong Kong
est une
promenade

Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Cheval Hermès en acajou massif, sculpté à la main.
Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Hong Kong, promenade
Dans le cœur de Pierre-Alexis Dumas, le directeur artistique de la maison Hermès, Hong Kong est une seconde géographie sentimentale. C’est ici qu’il s’est initié au métier, qu’il a fondé une famille et exploré l’Asie. C’est ici aussi qu’il pourrait presque s’imaginer «venir revivre». Il aura suffi d’une échappée – l’ouverture d’un magasin, escortée d’une fête surréaliste – pour que s’enclenche le fil des souvenirs.

1

Le sens d’un jardin

Lorsque les gratte-ciel grimpent à l’assaut de la roche, telle une ville mirage, les frontières se brouillent. Qui de la main de l’homme ou de la nature aura le dernier mot ? «Cela m’a toujours fasciné, car on ne sait finalement plus si l’on regarde la montagne ou l’architecture. Cette façon qu’a l’être humain de se mesurer aux éléments m’émeut». Mais la confrontation paraît toujours ouatée, paisible. Au-dessus de Pacific Place, un parc donne le ton. Zébré de pentes, d’escaliers, de terrasses, d’ascensions, de cascades, il s’élève jusqu’à tutoyer les cieux, coiffé d’une volière géante où flânent les Hongkongais au déjeuner. Redescendez un peu : voici une maison minuscule, manucurée et ceinturée d’angelots. C’est ici que Pierre-Alexis Dumas s’est marié. «Le Marriage Registry est un passage administratif obligatoire. Les couples y font la queue, attendant leur tour. J’ai une photo mémorable, prise par mon père, où l’on voit mon épouse portant une qipao rouge, au milieu de toutes les Hongkongaises en robe blanche à l’occidentale. Ce parc illustre aussi l’essence de l’île : au cœur de la ville, de la vie, et pourtant, à 100 m, se cache un petit sentier zigzaguant entre les immeubles et grimpant vers les cimes. Les sons de la ville s’estompent, la jungle vous enveloppe, avec ses oiseaux, ses cris, son ailleurs. La nature, ici, reprend toujours le dessus.»

Cotton Tree Drive Marriage Registry

19 Cotton Tree Drive, Hong Kong Park, Central.

2.

Un tout petit musée

L’infiniment petit est la règle, l’infiniment grand est le quotidien. Il suffit de s’aventurer dans le microscopique musée d’Art chinois de l’université pour découvrir ce que les rapports d’échelle peuvent produire d’étonnant. «J’aime les petits musées oubliés, un peu vétustes. Personne ne connaît celui-ci, alors qu’il possède la plus grande collection au monde de croix nestoriennes. La religion nestorienne a été fondée par un patriarche orthodoxe dissident. Elle a connu un très grand succès au Moyen-Orient, en Asie centrale, puis est entrée en Chine. Ces croix humbles servaient à bénir le pain et à affirmer sa foi. L’empereur a banni cette religion, qui disparut presque aussi vite qu’elle était arrivée, mais un collectionneur en a recherché les croix aux quatre coins du monde, pour les réunir ici. Je les ai découvertes avec Jean-Paul Desroches, à l’époque conservateur général du musée Guimet. Les regarder me touche beaucoup, car elles sont le symbole d’un geste très simple, d’un geste de partage, celui du pain».

University Museum and Art Gallery

The University of Hong Kong, 90 Bonham Road, Pokfulam. Tél. +852 2241 5500.

www.umag.hku.hk

3.

L’art très engagé

«Cette galerie a un statut un peu particulier dans l’histoire culturelle de la ville, car elle est la première à avoir vendu de l’art contemporain chinois. Son fondateur, Johnson Chang, est absolument visionnaire et l’une des grandes figures de la région. C’était un proche de David Tang, et il a bien sûr amplement œuvré à l’élaboration de la spectaculaire collection du China Club».

Hanart TZ Gallery

401 Pedder Building, 12 Pedder Street, Central. Tél. +852 2526 9019.

www.hanart.com

4.

La rive des contemplations

Hong Kong est une promenade. Elle se lance parfois dans les airs, jetant ses maillages de passerelles d’un gratte-ciel à un autre. Puis elle redescend, jusqu’au niveau de l’eau. C’est à cet instant qu’il faut tourner son regard au nord et entreprendre la traversée vers Kowloon, le lobe continental du territoire, étiré au pied de la Chine. «Pour voir Hong Kong, il faut aller sur Kowloon. La traversée demeure magique. Surtout la nuit, quand l’obscurité se transforme en feu d’artifice.» Car Hong Kong est une ville qui dialogue avec elle-même, entre deux rives, laissant les voiles rouges des jonques jouer les messagers. La péninsule déroule pour cela une infinie flânerie, dont le point de départ pourrait glisser sur les hanches du Cultural Centre et son architecture en hamac superlatif. Une balade du dimanche, comme un gigantesque travelling tout contre les flots.

Hong Kong Cultural Centre

10 Salisbury Road, Tsim Sha Tsui, Kowloon. Tél. +852 2734 2009.

www.lcsd.gov.hk

5

Collection privée

Héritage des clubs britanniques et de leur système de cooptation sourcilleux, le China Club n’ouvre pas ses portes à qui veut. Il faut déjà en connaître l’adresse – cachée quelque part en étages, dans l’ancien immeuble de la Bank of China. Et puis il faut en être membre, ce qui ne s’improvise pas. Aussi, lorsqu’un acolyte vous propose un verre là-bas, il convient de ne pas le refuser. Ce sera alors l’occasion de découvrir la collection en partie réunie par feu sir David Tang, figure tutélaire de l’île, accrochée dès l’ouverture en 1991 dans les moindres recoins. Les tableaux de Zeng Fanzhi et Yue Minjun tapissent les murs des escaliers, le cérémonial des pâtes est battu en mesure par le cuisinier, sur les assiettes filent des mets délicieux et puis, si le cœur est à la fête, s’engage la danse des masques, que l’on donne aux hôtes pour les grandes occasions.

China Club

13/F, The Old Bank of China Building, Bank Street, Central. Tél. +852 2521 8888.

www.chinaclub.com.sg

6.

Le sommeil du dragon

Lorsqu’il était insulaire, Pierre-Alexis Dumas goûtait le plaisir des échappées dominicales, des excursions d’une île à une autre, des randonnées reliant le sud au nord. «Hong Kong est un lieu de villégiature insoupçonné. On peut y séjourner sans même avoir à poser un pied dans la ville». Se rendre alors au terminal des ferrys et prendre un billet pour Lamma, où l’on choisira dans la pêche du jour les poissons et crustacés du déjeuner. Ou préférer affronter les légendes en se lançant sur le sentier à fleur de crête du Dragon’s Back, «la plus belle promenade de l’île de Hong Kong». L’histoire veut que ce dragon sur lequel sillonnent les marcheurs jusqu’au village de Shek O ne sommeille que d’un œil et déclenche les typhons lorsqu’on le dérange. Pour l’apaiser, les Hongkongais se doivent alors de vivre en harmonie. Ils peuvent, pour cela, bercer leur âme sur la côte sauvage de Ham Tin, une plage posée sur un bout du monde, à l’est du morceau continental, que l’on peut découvrir après une longue marche dans la forêt. On peut aussi la joindre par bateau au départ de Sai Kung. Mais par jour de houle, nul espoir de s’y rendre. Par peur de froisser le dragon, peut-être.

7.

À l’ombre des bambous

Est-ce ce H jumeau qui souffle cet attelage sentimental ? Ou l’histoire curieuse d’une île aux effluves exotiques ayant entrelacé ses idéogrammes de codes occidentaux ? Est-ce la poésie de sa toponymie, qui n’hésite pas à croiser une Ice House Street à une Des Vœux Road ? Est-ce plutôt son ouverture vers le reste de l’Asie, tel le cœur d’un fruit entre deux pôles ? Toujours est-il que l’arrivée de cette nouvelle adresse Hermès au centre de Hong Kong, sur l’une des artères les plus prestigieuses, revêt un sens tout particulier pour le sellier français. «Ce magasin est vraiment un rêve. Landmark Prince’s fait partie des immeubles mythiques du centre-ville, à la fois beau, très bien placé, mais aussi à un carrefour de la cité. Être là est un accomplissement. C’est un écho à mon grand-oncle, qui vendait des cravates chez Lane Crawford dans les années 1960, et à mon père, qui a ouvert nos premiers magasins ici». Aussi, pour construire ce lieu singulier, la maison n’a lésiné sur aucun détail. Les claires-voies cinétiques sur les façades, inspirées par les échafaudages de bambou, pour des jeux de cacher-montrer, des percées de lumières douces comme infusées de bois. Du cuir bien sûr, du marbre, des laques et puis, le jour J, s’adonner aux nombreuses cérémonies de bénédiction des murs, qui ne boudent ni les fleurs ni l’encens.

Hermès

Landmark Prince’s, 10 Chater Road, Central. Tél. +852 2919 5000.

8.

Au loin les vagues

Un pas de côté suffit pour que fondent les altitudes de béton. Prendre un taxi – ou un bus – et se lancer à l’assaut des lacets, pour voir le paysage s’étirer puis se contracter, bondir puis s’éloigner. Et s’arrêter au village de Shek O, hors-temps sauvage posé au bord de l’eau, lentement bercé de vagues, nappé d’une luminosité blanche, presque éblouissante. Un rivage faussement indompté, fidèle aux proportions de mouchoir de poche qui caractérisent chaque étendue de l’île. Sur cette toute petite plage où baguenaudent les jeunes filles et surfent les garçons au sortir du lycée, des postes de secouristes forment des perchoirs de béton plantés à distance régulière. Sur le côté, cherchant en vain de l’ombre sous les feuillages, des guinguettes chahutent le sable. Humer alors l’iode, l’encens des temples voisins, leurs offrandes d’agrumes. Les parfums de Hong Kong.

9.

Mobilier classé

«Hong Kong est une capitale de culture. Mais cela implique une véritable démarche, car la culture se cache dans ses replis. En dehors de l’art contemporain et des arts vivants, dont Hong Kong raffole, les habitants ont un vrai intérêt pour l’art décoratif chinois, que l’on croise notamment chez les antiquaires de Hollywood Road». Comme en témoigne ce musée privé, fondé par le grand collectionneur Peter Fung. Sur deux étages, kyrielle de meubles tous plus rares les uns que les autres. Où l’on découvre que le mobilier chinois fonctionne toujours par paire, et que des hommes pleinement habités par leur passion sillonnent le monde pour réunir les fauteuils esseulés au hasard du temps. «À couper le souffle».

Liang Yi Museum

181-199 Hollywood Road, Sheung Wan. Tél. +852 2806 8280.

www.liangyimuseum.com

10.

Aujourd’hui, ou demain

L’heure est aux grands chambardements. Autour du M+ Pavilion, la ville opère sa mue, une mue «perpétuelle» qui verra bientôt pousser un immense M+, musée de la culture visuelle dessiné par Herzog & de Meuron, où converseront cinéma et design, théâtre en plein air et vidéo. Pour l’heure, l’ancienne friche est pétrie, creusée, plantée, transformée. Avec sa peau de miroir, pour mirer l’eau, l’île, multiplier la végétation, toiser les tours géantes du nord qui soufflent sur sa nuque, le premier bâtiment de cette future vigie de l’art contemporain, dressée sur la phalange occidentale de Kowloon, incarne, par sa topographie, ce que dialogue veut dire. «Hong Kong est l’une des portes de la Chine, ce qui se traduit, culturellement, par la découverte d’artistes chinois par les collectionneurs occidentaux, et par la présence d’art occidental à destination du public chinois. Cette place charnière rend l’art contemporain particulièrement intéressant».

M+ Pavilion

West Kowloon Cultural District, Tsim Sha Tsui, Kowloon. Tél. +852 2200 0217.

www.westkowloon.hk

Mandarin Oriental

«Ce qui rend un hôtel extraordinaire, c’est la façon dont on s’occupe de vous, et celui-ci vous procure un sentiment rassurant de continuité, avec une efficacité redoutable et un niveau de service parmi les meilleurs du globe. Mon père y descendait, ainsi que toutes les équipes de la maison. Trente ans plus tard, je répète le rendez-vous. Le monde a changé, mais ce lieu – même s’il a été refait de pied en cap – n’a pas changé. Il a quelque chose de très hongkongais, un mélange intéressant d’Occident et d’Orient. Au demeurant, son emplacement névralgique permet d’aller presque partout en cinq minutes.»

MANDARIN ORIENTAL

5 Connaught Road, Central. Tél. +852 2522 0111.

www.mandarinoriental.com/hong-kong

© Chu Hing Wah, courtesy Hanart TZ Gallery © Leoh Ming Pei © Skidmore, Owings & Merrill LLP

Carnet d’adresses

Cotton Tree Drive Marriage Registry

19 Cotton Tree Drive, Hong Kong Park, Central.

University Museum and Art Gallery

The University of Hong Kong, 90 Bonham Road, Pokfulam. Tél. +852 2241 5500.

www.umag.hku.hk

Hanart TZ Gallery

401 Pedder Building, 12 Pedder Street, Central. Tél. +852 2526 9019.

www.hanart.com

Hong Kong Cultural Centre

10 Salisbury Road, Tsim Sha Tsui, Kowloon. Tél. +852 2734 2009.

www.lcsd.gov.hk

China Club

13/F, The Old Bank of China Building, Bank Street, Central. Tél. +852 2521 8888.

www.chinaclub.com.sg

Hermès

Landmark Prince’s, 10 Chater Road, Central. Tél. +852 2919 5000.

Liang Yi Museum

181-199 Hollywood Road, Sheung Wan. Tél. +852 2806 8280.

www.liangyimuseum.com

M+ Pavilion

West Kowloon Cultural District, Tsim Sha Tsui, Kowloon. Tél. +852 2200 0217.

www.westkowloon.hk

MANDARIN ORIENTAL

5 Connaught Road, Central. Tél. +852 2522 0111.

www.mandarinoriental.com/hong-kong
Vue d'ensemble
Vue d'ensemble
Carnet d'adresses

S'y rendre

www.airfrance.com

Fréquence des vols

AIR FRANCE dessert Hong Kong par 7 vols hebdomadaires au départ de Paris-CDG.

KLM dessert Hong Kong par 7 vols hebdomadaires au départ d’Amsterdam.

Aéroport d'arrivée

Aéroport international de Hong Kong.
À 30 km de la ville.

Bureaux AIR FRANCE KLM

À l’aéroport.

Réservations

— Depuis la France : Tél. 3654.
— Depuis l’étranger :
Tél. +33 (0)892 70 26 54.

A lire

Hong Kong
Gallimard, coll. Cartoville.
Hong Kong en quelques jours
Lonely Planet.
Hong Kong
Lonely Planet (en anglais).
Hong Kong
Phaidon, coll. City Guide Wallpaper.

© Antoine Corbineau / Talkie Walkie. Carte illustrative, non contractuelle.