Traits de caractère

Maître cirier et papetier à ses débuts en 1670, fabricant d’encres depuis 1798, la maison Herbin ouvre un nouveau chapître de son histoire avec une majestueuse collection dédiée aux arts de l’écriture.

En juin, la nuance Cornaline d’Égypte rejoindra la palette
des encres Herbin.

Peu de gens le soupçonnent, mais il existe encore, à Paris, l’une des plus anciennes fabriques d’encres au monde : la maison Herbin, toujours en activité et filiale du groupe Exacompta Clairefontaine. Fondée à l’époque de Louis XIV, elle lança en 1798 sa propre production sous la houlette de Jacques Herbin. Son encre de couleur violette, notamment, hantera pendant la IIIe République moult cahiers d’écolier. La maison Herbin s’enrichit aujourd’hui d’une nouvelle ligne baptisée Collection Jacques Herbin. Objectif: offrir un univers complet pour les passionnés d’écriture et (ou) de calligraphie. La mission a été confiée à Thinkers Consulting, cornaquée par Corinne Poux-Bernard, consultante, et Gabriele Pezzini, designer. Le tandem a intégralement repensé l’ensemble et imaginé cette gamme: une encre siglée 1798 au ton satiné de paillettes d’argent, qui vient compléter la quinzaine de nuances des Essentielles - des encres parfumées sont prévues pour fin 2018 –, des instruments d’écriture – stylo-plumes et rollers, en résine, métal précieux ou bois –, de la petite maroquinerie – trousse du collectionneur, porte-cartes… – et enfin, de la papeterie – cartes et enveloppes, cahiers, dont un bien nommé Carnet du voyageur… La palette des encres, à elle seule, fait rêver : Ambre de Baltique, Rouge d’Orient, Gris de houle… Le dernier cru 1798, baptisé Améthyste de l’Oural, est un violet profond. Le prochain «jus», Cornaline d’Égypte, sera disponible en juin. À l’heure du tout numérique, cette nouvelle ligne qui incite au plaisir de l’écriture manuscrite devrait faire couler beaucoup d’encre !

Produits, beauté, Kerzon

Article suivant

Effeuiller les souvenirs