Paul Smith, velo, Mode

Duos,
par Paul Smith

Créateur d’un univers à l’optimisme bigarré, le couturier Paul Smith pose un regard curieux sur le monde. Chaque mois, il partage ici sa vision des choses. Aujourd’hui, la force des duos.

Dans mon bureau, il y a dans un cadre un dessin particulièrement précieux à mes yeux. Il est signé d’Yves Saint Laurent. Il me l’a donné quand nous nous sommes rencontrés, vers la fin de sa carrière. Un simple dessin représentant deux femmes avec cette veste pour homme – le smoking – qu’il a si brillamment adaptée à la silhouette féminine. Ce look a été lancé en 1966 je crois. En 2002, Yves Saint Laurent en a réalisé un pour ma femme. Il a choisi le modèle de 1968 parce que c’est l’année où Pauline et moi nous sommes connus et où débuta notre association, personnelle et professionnelle.
Un bon partenariat peut être ce qu’il y a de plus important dans une vie. Il permet de combiner les forces, mais aussi de compenser les faiblesses. Quand Pauline et moi collaborions étroitement, à la création de la société, elle ne m’a pas seulement appris comment on faisait des vêtements, elle m’a également aidé à garder les pieds sur terre. J’ai ainsi pu éviter les distractions et rester concentré sur mon projet.
Saint Laurent aussi a vécu un partenariat qui fonctionnait sur ces deux niveaux. C’était avec Pierre Bergé. Ses talents d’homme d’affaires permettaient au couturier de se focaliser sur l’aspect créatif de sa vie. Il n’avait pas à s’encombrer l’esprit avec des questions commerciales. Ils étaient l’un et l’autre visionnaires, mais à leur façon. Saint Laurent était le visage de l’entreprise, mais c’est grâce à Pierre Bergé qu’il a pu réaliser cette idée révolutionnaire qui consistait à transposer les valeurs et le glamour de la haute couture au prêt-à-porter.
Il y a de nombreuses années, j’ai offert à Pauline une superbe écharpe YSL. Elle était emballée dans un sac rose et noir, aussi beau que l’article qu’il contenait. Pas le genre de sac que l’on jette en rentrant chez soi. En fait, il est probablement encore quelque part chez nous. C’était Yves et Pierre : le duo parfait.

 

Sir Paul Smith rêvait d’autres podiums que ceux de la mode : adepte de la petite reine, il se voyait coureur cycliste, mais un accident en décida autrement. Présent aujourd’hui dans 70 pays, le styliste (né à Beeston en 1946) donne un ton – mais pas de leçons –, attentif à la devise «penser global, agir local».

© Paul Smith - Jean-Michel Tixier / Talkie Walkie - Musée Yves Saint Laurent, Marrakech, architecte : Studio KO

recreation, visuel

Article suivant

un peu plus
près des étoiles