Souvenirs
de vacances

Emporter un objet comme un talisman, c’est ce que proposent certains hôtels en déclinant des morceaux de leurs univers.

Santorin

Mystique Hotel

Les angles sont ici évanouis : tout est poli, arrondi, blanc, turquoise et ourlé de bois naturel. Quelques pièces sont nichées au cœur du rocher, mais toutes les chambres ouvrent sur la caldeira égéenne, l’une des plus vastes du monde. Une vue à ne pas quitter terrasse et chaise longue – on peut même y dîner. Sous le charme des lieux, la designer Sofia Sanchez de Betak a tapissé une valise Globe-Trotter (malletier londonien) d’une toile peinte : la carte d’adresses secrètes. Garder des bribes de vacances et y serrer le nécessaire d’un prochain départ. VG

mystique Hotel

Oia. Tél. +30 22860 71114.

www.mystique.gr et valise en vente sur www.luxurycollectionstore.com

Édimbourg

Eden Locke

Derrière ses austérités de grès, cette maison géorgienne glisse des teintes de sorbet au cœur d’Édimbourg. Conçues par les architectes new-yorkais Grzywinski+Pons, ses 72 chambres jouent des codes de l’hybride : services d’un hôtel (in-room spa, sessions de yoga...), intimité d’un appartement (canapés douillets, cuisine très équipée). L’atmosphère du chez-soi est si réussie que l’on a envie de l’exporter… chez soi. Objets design et collaborations artisanales ont donc été rassemblées dans une nouvelle boutique : pour repartir avec un jeté de canapé tissé à la main ou des soins Kinsey créés sur mesure... à retrouver aussi à Londres, à une adresse cousine. LO

eden locke

127 George Street. Tél. +44 (0)131 526 4190.

www.lockeliving.com

Beyrouth

Le Gray

Il suffit d’un petit détail pour que s’enclenche le film. Celui des Mille et une nuits lorsque, rentrant le soir dans votre hôtel, celui-ci vous accueille sur la pointe des pieds, le comptoir illuminé de lanternes blanches. Une façon de vous murmurer bonsoir, en faisant vaciller la lumière à travers les parois, découpées en cascades de fleurs. Des fleurs comme échappées de celles tracées par l’artiste Valérie Boy sur le mur d’entrée, une Féerie Florale de métal dans laquelle jouent aussi de petites leds, fausses paillettes d’or. Un souvenir comme un bouquet, à glisser dans sa valise pour retrouver, à la faveur d’une bougie, les dégringolades de bougainvilliers de Mar Mikhael, les bottes de lavande fraîche du souk el Tayeb ou les parfums pâtissiers de la fleur d’oranger. MA

Le Gray

Martyrs’ Square, Beirut Central District. Tél. +961 1 971 111.

www.campbellgrayhotels.com/le-gray-beirut

Tokyo

Claska

Ne le confondez pas avec un banal peignoir en bouclette éponge. Le yukata, kimono d’intérieur en coton, c’est l’hospitalité japonaise en 3 syllabes : dès qu’il est là, plié sur le futon, on sait que le séjour sera doux. Au Claska, hôtel design du quartier de Meguro, le yukata est graphique, imprimé de noir et blanc, à nouer d’une large ceinture rouge. Entre les cloisons de verre ou de papier des 20 chambres, la tenue donne à tous les gestes une lenteur mesurée, une intimité épurée. Pour la ramener chez soi, rendez-vous dans la boutique du 2e étage. Mais attention, face aux objets nippons sélectionnés par l’esthète Takeo Okuma (cuillères en nacre, jarres en bois...), vous risquez fort de ne pas repartir qu’avec une pièce de tissu ! LO

claska

1-3-18 Chuo-cho, Meguro-ku. Tél. +81 3 3719 8121.

www.claska.com

Porto-Vecchio

Grand Hôtel de Cala Rossa

Parfois, un séjour tient dans ses parfums, ses bouffées d’air. Dans ce 5 étoiles en rivage de Porto-Vecchio, c’est le souffle sec et aromatique du maquis qui embaume jusqu’au spa. Deux sœurs, Lise et Hélène Canarelli, y ont créé une ligne de beauté baptisée Nucca (du nom de l’hellébore corse). Elles y ont mis toute leur cueillette des montagnes : les rameaux de myrte et d’arbousier, les buissons de ciste et de lavande, les pétales d’immortelles… à emporter aussi dans son bagage du retour : 4 boissons vertueuses, infusées de flore et de fruits. LO

Grand Hôtel de cala rossa

Lecci de Porto-Vecchio. Tél. +33 (0)4 95 71 61 51.

www.hotel-calarossa.com

Paris

Hôtel Plaza Athénée

Les orteils expriment notre niveau de confort : être dans ses petits souliers ou à l’aise dans ses baskets ? Se sentir comme dans des pantoufles, c’est avoir les doigts de pied en éventail ! Dont acte, le palace de l’avenue Montaigne vient de confier son rouge iconique à l’artiste doreur Lucie Monin et à Carvil, chausseur de Ventura, Delon, Bronson, Dassin, Bowie, Dylan, Biolay… des personnalités ne se laissant pas marcher sur les pieds. Résultat ? Ces slippers d’intérieur en veau velours, qui s’embossent sur commande d’or 22 carats pour être tout à fait personnels. Vraie tentation. VG

Hôtel plaza athénée

25, avenue Montaigne. Tél. +33 (0)1 53 67 66 65.

www.dorchestercollection.com et www.carvil.com/fr/eshop/plaza-athenee

New York

Wythe Hotel

À la lisière aquatique de Williamsburg, à Brooklyn, cet hôtel de 70 chambres s’est ancré dans une ancienne tonnellerie (1901), élevée sur des colonnes de fonte et des poutres en pin. Chic industriel, épatantes vues sur Manhattan (à une station de métro) et l’East River. Sols tiédis, cuisine du marché et rooftop décontracté – paradant au sommet d’un cube en verre coiffant les briques centenaires. Dans sa boutique dédiée aux urbains connectés, le Wythe propose bonnet et thermos pour aurores frisquettes, body marine pour tout-petits ou nécessaire d’écriture (outre peignoir, drap de bain, etc.). Douillettement différent. VG

wythe hotel

80 Wythe Avenue, Brooklyn. Tél. +1 718 460 8000.

www.wythehotel.com

© The Luxury Collection - Eden Locke © Mathieu Martin Delacroix - DR
© Camille Moirenc - Mathieu Martin Delacroix - Johnny La Nuit
© Matthew Williams - Courtesy of the Wythe Hotel

Impossible, lampe, projecteur

Article suivant

Science ou fiction