Palais enchantés

Alléchés par la créativité des chefs pâtissiers, hôtels et palaces rivalisent de douceurs pour étoiler nos papilles.

Tokyo

Hoshinoya

On avait quitté Noriyuki Hamada dans ses montagnes, à Karuizawa, écrivant une cuisine figurative où la technique française se festonnait d’imaginaire japonais. Une envolée de desserts jaillissait alors sur la table, blottie dans un nichoir, ouvrant ses secrets par un enchantement sensible. On retrouve le chef à Tokyo, dans les profondeurs minérales d’un ryokan minimaliste. La narration s’est recentrée sur la tradition nipponne, avec toute l’infusion cérébrale que cela entend. Le menu, sorte d’ascension en cachés-montrés, s’achève par un horizon de douceurs. Sur une branche de kuromoji ponctuée de pierres rondes – Hamada est coutumier du fait – les desserts se font miniatures, ramassant en une bouchée la quintessence des saveurs et des textures du sucré. Mais en version purement insulaire : madeleine de natto, guimauve de chrysanthème, croque-en-bouche de miso, financier d’edamame… Un enchaînement de haïkus, comme des paysages vus du train. MA

Hoshinoya

1-9-1 Otemachi, Chiyoda-ku. Tél. +81 (0)50 3786 1144.

www.hoshinoyatokyo.com

Paris

Hôtel Bienvenue

Ici, le mercredi et le week-end, la cuisine devient le royaume d’Anaïs Olmer et de ses ateliers pâtissiers pour enfants. Aux côtés de la créatrice de l’enseigne Chez Bogato, grande lectrice de Claude Ponti et de Roald Dahl, ce sont eux les chefs ! Le vocabulaire pâtissier est généreux et titille l’imagination : abricoter, blanchir, candir, chinoiser, chiqueter… Ils vont mettre les menottes à la pâte et partager les secrets de fabrication des vedettes du goûter ou du dessert. Le lieu s’y prête : une ambiance de demeure familiale est attentivement entretenue, cultivée par l’éclectisme chaleureux et la volonté de dépareiller en douceur les codes décoratifs. Le nom des 36 chambres (dont certaines de familiales proportions) commence par Bien -aimée, -jolie, -dormie… Détail délicieux, le sol du jardin est tatoué d’une fresque versicolore signée Julien Colombier : marcher sur une œuvre d’art sans paraître d’insupportables garnements ! VG

Hôtel Bienvenue

23, rue Buffault. Tél. +33 (0)1 48 78 32 18.

www.hotelbienvenue.fr

Obernai

Le Parc

Sur la route des vins d’Alsace, la cité médiévale d’Obernai offre aux épicuriens une farandole de douceurs : 62 chambres et suites boisées, un spa et son «tour du monde des massages», une cuisine délicieusement audacieuse imaginée par la quatrième génération de cette ancienne pension de famille. Cerise sur le gâteau : les créations pâtissières de Marie Wucher, allégées en sucre et en gras… mais pas en goût ! FLB

Le PARC

169, route d’Ottrott. Tél. +33 (0)3 88 95 50 08.

www.hotel-du-parc.com

Melbourne

Adelphi Hotel

Pourquoi ne pas céder à un caprice régressif ? Redonner aux sens la saveur de l’enfance, se laisser dorloter à l’hôtel, y musarder pour s’amuser. Plonger sans retenue dans la piscine vitrée qui coiffe son toit et s’aventure au-dessus de la rue, pour jouer à se faire peur et narguer les passants. S’émerveiller de la carte du restaurant à thème Om Nom, où le dessert est roi, et pouvoir goûter à toutes ses fantaisies. En redemander. FLB

adelphi Hotel

187 Flinders Lane. Tél. +61 (0)3 8080 8888.

www.adelphi.com.au

Marrakech

La Mamounia

C’est un conte des 1001 gourmandises devenu réalité : Pierre Hermé au pays des dattes, des cornes de gazelle et des briouates au miel... Sous les arabesques de La Mamounia, le maître vient d’ouvrir une boutique-mosaïque et envoûte les tables de créations poudrées de nuances marocaines. Un macaron aux dattes, une pastilla fleur d’oranger-citron... comme des ricochets parfumés aux jardins du palace, où fleurissent agrumiers et rosiers. LO

La Mamounia

Avenue Bab Jdid. Tél. +212 5243 88600.

www.mamounia.com

Cascais

Farol Hotel

Dans ce boutique-hôtel, à quelques minutes de la Praia do Guincho, haut lieu du surf mondial, le Brésilien champion de la discipline et chef Nuande Pekel réinvente la cuisine japonaise au Sushi Design – bord de mer oblige – et le chef Ricardo Deus régale ses hôtes au Mix, dont il renouvelle la carte tous les vendredis. Dès le petit déjeuner, scones et tartes aux amandes, citron ou pommes partagent leur table avec le pastel de nata (pasteis, au pluriel, pour gourmands lusophones). Ce petit flanc pâtissier dodu, servi tiède saupoudré de sucre et de cannelle, a été distingué en 2009 comme l’un des 50 meilleurs mets au monde par le quotidien britannique The Guardian. VG

Farol Hotel

Av. Rei Humberto II de Itália, 7. Tél. +351 214 823 490.

www.farol.com.pt

© Hoshino Resorts
© Hervé Goluza - Julie Ansiau
© Le Parc Hôtel Obernai
© Adelphi Hotel/Om Nom Kitchen - DR
© Farol Hotel

lampe, table, fiat lux

Article suivant

Que la lumière soit !