Jean Nouvel, Elles & eux, Louvre

l’homme
de la
situation

Jean Nouvel, Elles & eux, Louvre

Une multitude d’espaces d’expositions donne au musée des allures de médina.

Jean Nouvel, Elles & eux, Louvre

Sous l’immense voûte s’entrelacent 8 000 étoiles de métal.

Jean Nouvel, Elles & eux, Louvre

Sur l’île de Saadiyat, les bassins étagés du musée se fondent dans le golfe Persique.

Jean Nouvel, Elles & eux, Louvre

Le dôme laisse filtrer les rayons de soleil, créant un effet de «pluie de lumière», hommage aux palmeraies du désert.

Jean Nouvel conçoit ses créations comme un dialogue vivant avec l’environnement, un pont entre les mondes. Avec le Louvre Abu Dhabi, inauguré il y a quelques semaines, l’architecte pose les fondations d’un musée universel au cœur du golfe Persique.

L’homme est de noir vêtu. Son crâne, nu, joue avec la lumière. Tout est dit, tout est là, dans ce jeu de présence et de retrait, d’ombre et de clarté qui fait d’un bâtisseur un poète. Jean Nouvel confie lire Pessoa et Ponge, pour s’évader de «concevoir et de construire». Le Louvre Abu Dhabi, sa dernière création, rêve «d’une île dans une île, d’une ville horizontale couverte d’un dôme qui émerge des eaux», partage d’ailleurs la puissance évocatrice de La Fabrique du Pré de Francis Ponge : «Prendre un tube de vert / Amasser de la couleur verte et l’étaler sur la page, ce n’est pas faire un pré… ils naissent autrement. / Ils sourdent de la page1». En architecte racinaire, Jean Nouvel travaille le mystère pour insuffler du vivant aux bâtiments au cœur de pierre.

À l’observer, les mots de Soulages viennent à l’esprit : «Outrenoir : noir qui cessant de l’être devient émetteur de clarté, de lumière secrète2.» Jean Nouvel est là : dans ce jeu sensible (et non savant) entre empreinte et retrait, dans cette façon de bâtir sans dénaturer. Le Louvre Abu Dhabi n’est-il pas le surgissement d’un songe, la cristallisation d’une émotion ? Abu Dhabi… On se rappelle que l’on est dans le désert. Le lieu où Saint-Exupéry dessine un puits. Le pays des mirages… Jean Nouvel, lui, n’y érige rien. Il y convie cette émotion, y suscite une apparition. L’œil découvre une ville-musée aux formes douces, un dôme bordé par le golfe Persique qui semble né des mains d’une dentellière de Calais. Cent quatre-vingts mètres de diamètre qui jouent avec l’irréel, 8 000 étoiles entrelacées qui forgent une nouvelle Voie lactée. Le voici ce dôme, blanc comme la sève de fleur de palmier, fidèle aux codes de la médina et poli tel le galet dans l’oued. Le secret de sa beauté ? «La conscience du lieu.» Faire parler l’invisible, le matérialiser.

«Parachuter sur la planète des objets célibataires» ? Jamais ! Jean Nouvel le récuse à traits légers qui informent le mirage, loin du geste rageur de la tentation d’exister : «On n’est pas dans le white cube mais quelque part, dans le désert.» Car Jean Nouvel aime «les œuvres en situation» et refuse «le mépris du contexte». Le dôme, spectaculaire et pourtant sans effet, repose sur quatre piliers pour gagner en légèreté et s’allier au paysage, trait d’union avec les nuages. Le Louvre Abu Dhabi sourd d’un dialogue profond entre le sable, l’eau et la lumière. D’une croisée des cultures, d’une écoute réciproque et patiente entre le lieu et l’architecte. «Le projet en tête, il faut retarder le moment où l’on fait la synthèse», dit Jean Nouvel. Ne pas se ruer. Ne penser ni matériaux ni technique mais laisser l’esprit décanter. «Multiplier les rencontres avec ses équipes pour tuer le stress.» Et d’ajouter ce qui semble la clé de voûte : «J’ai une forme ouverte.» À l’image du tissage ténu du musée qui ne cesse de mailler les époques et les cultures. Six cents œuvres et des collections enrichies par le prêt de treize musées français, «le premier musée du monde arabe conçu comme un musée universel», qui reflète «l’histoire commune de l’humanité». Une réalité affranchie de l’utopie, une victoire du rêve sur le défaitisme. Sachant, avec Albert Jacquard, que la tolérance n’est rien sans «l’amour des différences».

En «architecte de situation», Jean Nouvel sait bâtir des ponts entre les cultures. Car l’homme est un être aux fondations fortes, qui rappelle que chez lui, l’esprit aussi est bien construit. La matière grise d’un architecte moderne est «l’idée» – non le béton brut. Ne pas se tromper de cible, poser ses pierres, une à une, comme le poète le mot au sein d’un vers. Songer au sillon, à la trace, à ce geste qui doit être son propre dépassement. Ne pas élever des tours pour finir, ironiquement, à courte vue. Voilà l’horizon : s’inscrire dans le temps.

Il y a dans cette conception de l’architecture qui doit «retrouver son aura dans l’indicible et le trouble» une reptation amoureuse. La lente approche qui diffère l’étreinte. Tout est pensé dans l’insertion (historique, racinaire, paysagère). Ici, les perspectives nouent des échos sincères. Voici la ville blanche réinterprétée en majesté : «Ne pas faire de pastiche, ne pas copier.» Sans oublier de faire converser cette ville-musée avec un grand silo qui tremble au loin dans la chaleur, mirage de cathédrale.

Avec lui, l’architecture échappe à la finitude. Loin d’imposer des formes, Jean Nouvel questionne l’incarnation dans chacune de ses créations. Sous le dôme constellé du Louvre Abu Dhabi, on traverse des rais de lumière qui donnent corps à l’impalpable. Comme en forêt. Quant au musée, «il doit être habité par les objets». Car l’homme est un hédoniste, l’esprit rivé aux sensations, qui aime «les ruptures, l’ubiquité, les spectacles sportifs, les tourtières aux pommes et la lecture». La voix de Hala Wardé, son associée, conclut sur cette parole-recueillement : «Ce lieu, on ne peut l’appeler bâtiment.» Quoi, alors ? Un être vivant.

D’un louvre à l’autre

Exposition inaugurale. À partir du 21.12. Île de Saadiyat.

www.louvreabudhabi.ae
Le Louvre Abu Dhabi, dernière création de Jean Nouvel, rêve «d’une île dans une île, d’une ville horizontale couverte d’un dôme qui émerge des eaux».

 

 

1 Francis Ponge, Œuvres complètes II, Gallimard, La Pléiade.

2 Soulages, 90 peintures sur toile, 90 peintures sur papier de Pierre Encrevé, Gallimard.

@ Louvre Abu Dhabi - Architecte : Jean Nouvel

Agenda

D’UN LOUVRE À L’AUTRE

Exposition inaugurale. À partir du 21.12.

Île de Saadiyat.

www.louvreabudhabi.ae

Podalydès, Comédie, Française

Article suivant

Podalydès
et cætera