Aller au contenu principal

Regards croisés

1

Monte Carlo, New York, Berlin, Morocco, British Columbia

Lorsque le voyage est une seconde nature, il imprègne les réfl exions et se déplie – du carnet de dessins aux adresses choisies – en un tour de globe singulier. La mode l’interpelle aussi, mais à sa façon, visuelle, insolente, narrative, texturée. La collection Fashion Eye convoque ainsi les points de vue sur le monde des plus grands photographes de mode. En Colombie-Britannique, Sølve Sundsbø capte les immensités enneigées en instants palpables. À Monte- Carlo, Helmut Newton glisse ses fétichismes dans les excès d’un Rocher en construction perpétuelle. Et le paysage se raconte, en creux, là où on ne le regardait pas. MA

Par Helmut Newton, Saul Leiter, Peter Lindbergh, Vincent van de Wijngaard, Sølve Sundsbø

Éditions Louis Vuitton
2

La Direction de l’absent

Dans la famille de la narratrice, la dernière guerre a été une déflagration, dont elle (re)trouve de plus en plus les traces au cours de déambulations infinies et de rencontres avec des «sentinelles». Dans Paris et alentours, à Varsovie ou dans les archives de Bergen-Belsen. Elle parcourt les couloirs du temps, là où les mots se croisent, les maux se glissent. Là où les voix écoutent les voies lentement creusées. Douleurs, amours et vies tissées à jamais. VG

Par Ruth Zylberman

Éditions Christian Bourgois
3

Gaetano Pesce Entretiens

Erreur, enfance, spaghetti, kérosène, instinct, UP5 et 6 sont quelques entrées de cet abécédaire. Pendant un an, Philippe Garnier a échangé avec le Vénitien Gaetano Pesce (1939), artiste du design vivant désormais à New York. Leurs discussions ont nourri cette forme de biographie qui noue souvenirs, émotions et réflexions d’un homme «réinventant le monde sensible» en jouissant d’un privilège : penser avec les mains. Il jette sur son demi-siècle de travail un regard insolent, drôle et brillant. VG

Par Philippe Garnier

Éditions Buchet/Chastel
4

Le Musée imaginaire de Marcel Proust

Quel féru de Proust n’a pas un jour suspendu sa lecture pour chercher «les grands yeux, le délicat visage» peints par Botticelli, dont Swann s’émeut dans le profil d’Odette ? Et où se cache le «petit pan de mur jaune» sur la toile de Vermeer, à quoi ressemble une beauté «follement Giorgione» ? Aux sept tomes d’à la recherche du temps perdu, peuplés de tableaux et de références picturales, il fallait bien dédier ce musée de papier. à chaque page, une œuvre, un extrait, et la galerie proustienne sous un jour retrouvé. LO

Par Eric Karpeles

Thames & Hudson
5

Stop Here

La trace est fraîche, l’artiste n’est pas passé loin… Dans cet ouvrage vertical de la collection L’art en écrit, l’encre du stylo plume du Sud-Africain William Kentridge (à la fois peintre, sculpteur, acteur, metteur en scène...), semble encore humide. Ni vraiment carnet de croquis, ni tout à fait carnet de notes, voici le manuscrit d’une création avant la création, de ces embrouillaminis qui fusent avant la pensée («the scramble before the thought»), entrecoupés de feuillets soudainement dactylographiés, comme des respirations dans le méandre des idées. LO

Par William Kentridge

Éditions Jannink
Dessin

Article suivant

En barque sur le lac 11. L’entre deux mères