Aller au contenu principal


Classe verte

1

Végétal. Explorer le monde botanique

Les filles y naîtraient, on «s’en lance» ou on «en fait» : les fleurs s’épanouissent dans le vocabulaire et l’imaginaire – tout un terreau. Qui n’a pas esquissé une corolle au bord d’une feuille lors d’une réunion qui s’éternise ? À propos d’éternité, sont réunies ici les illustrations et photos (chacune finement commentée) de plantes les plus significatives, toutes techniques, époques et civilisations confondues. L’art botanique présenté en dyptique pour des dialogues inattendus et éclairés. Savoir pour (re)découvrir. Un voyage poétique dans un herbier de rêves. VG

Collectif

Phaidon
2

Hautes solitudes

Carraire, carrairo en langue d’oc : un mot oublié, pour désigner les anciens chemins de transhumance. Que sont devenus ces passages qui guidaient, avant les bétaillères, les brebis vers les fraîcheurs d’altitude ? Anne Vallaeys a embarqué son sac, une amie de sa fille et ses cartes pour rouvrir la voie provençale. 380 km à un rythme d’autrefois, à remonter d’Arles au vallon du Lavercq, à noter, digresser, croiser orages, troupeaux et bergers. Dans sa besace du retour, ce récit comme une respiration patiente et déterminée, un appel des cols et des lignes de crête. LO

Par Anne Vallaeys

La Table Ronde
3

Dans la forêt, il y a…

À l’heure des premiers pas vacillants ou précipités, des découvertes minuscules, aussi fascinantes qu’incongrues, de tout ce qu’une maison ou un jardin recèlent à l’insu des adultes, Annette Tamarkin emmène les tout-petits en forêt. Ses habitants aux formes douces et aux couleurs pimpantes se déplient au fil de ce mini-album, dont les rabats masquent ce «qui sent si bon» ou ce «que va découvrir le renard». Un cache-cache ludique dès 12 mois. VG

Par Annette Tamarkin

Les Grandes Personnes
4

Corbu comme Le Corbusier

En voici, de grandes binocles ! échappées du nez de Le Corbusier, elles se sont posées sur le tout premier livre de La Joie de lire, relooké pour fêter 30 ans d’édition jeunesse. Pilotis, toit-terrasse, unité d’habitation, Modulor… chaussons les lunettes du complexe Corbu pour découvrir, au fil d’une balade illustrée, les trouvailles de l’architecte-urbaniste. Et comprendre pourquoi, sans les visions du concepteur de la Cité radieuse de Marseille, nos maisons ne seraient pas les mêmes. LO

Par Francine Bouchet, Michèle Cohen, Michel Raby

La Joie de lire
5

Une géographie imaginaire

«Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler.» Les mots de Julien Gracq, placés en ouverture, sont à lire et à relire avant de plonger dans le noir et blanc de Pierre de Fenoÿl (1945-1987). Lui qui se disait «chronophotographe» a mené une exploration, précoce et inlassable, du temps dans les paysages. Il ne prend pas en flagrant délit, il se fait offrir l’éternité des lumières : elles sont d’hier, d’aujourd’hui, elles fixent l’égypte, Paris ou le Sud-Ouest. Un bosquet glisse un point de fuite vers la campagne, un colosse trouble la roche endormie, une porte capte l’enfance… il n’y a pas d’hommes, sur les quelque 150 clichés de cet ouvrage rétrospectif, et pourtant tout est habité.LO

Par Pierre de Fenoÿl

Éditions Xavier Barral
dessin, mia, itipulco

Article suivant

En barque sur le lac
10. Le choix d’Itipulco