JO, 2024, Air France
Air France
prête à jouer
le jeu pour Paris

2024
Jean-Marc Janaillac, Compagnie Nationale
Illustration Jean-marc Janaillac
Teddy Riner, Judo
Illustration Teddy rinner

Le 13 septembre à Lima, les Jeux seront faits, et ils auront lieu soit à Los Angeles, soit à Paris. À 28 ans, Teddy Riner aura été un pilier très engagé de la candidature de Paris 2024 en tant que coprésident du comité des athlètes auprès de Marie-Amélie Le Fur. De son côté, Air France a apporté sa pierre à la candidature Paris 2024 et est fière de s’être engagée en tant que fournisseur officiel, associant son image d’une France ambitieuse et ouverte au monde. Rencontre avec le sportif préféré des Français et le président de la Compagnie nationale Jean-Marc Janaillac.

Questions à Jean-Marc Janaillac, P-DG d’Air France KLM

«L’olympisme est un révélateur de l’excellence des athlètes, mais aussi des villes hôtes.»

De quelle façon Air France soutient-elle la candidature de Paris aux jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 ?

Obtenir les Jeux à Paris représente un défi et une ambition. Ce serait une véritable chance pour le sport et l’olympisme que Paris soit la ville des Jeux 2024. L’olympisme est un révélateur mondial de l’excellence. Non seulement des athlètes, mais aussi des entreprises et des villes hôtes. Paris a démontré fin juin qu’elle ne lâchait rien jusqu’au bout, avec une belle image de mise en scène de la Seine et de ses ponts. Pendant deux jours, l’esprit olympique était là et on ne pouvait, je crois, rien inventer de plus ! En tant que président d’Air France KLM, je mets à la disposition de Paris 2024, pour sa promotion, dix appareils de la Compagnie arborant les couleurs de Paris 2024. 10 000 vols d’engagement concret pour promouvoir le projet tricolore à travers le monde.

Quelles valeurs l’entreprise et ses salariés partagent-ils avec le sport et l’olympisme ?

Les jeux Olympiques et Paralympiques sont devenus les deux plus grands événements sportifs de notre époque par le nombre de sports au programme, d’athlètes présents et de nations réunies en même temps et dans un même lieu. Ils s’inscrivent dans un cadre plus large qui est celui du mouvement olympique, vecteur d’ouverture et de meilleure compréhension des uns envers les autres. À Air France, nous nous sentons proches, par l’exercice de notre métier, des valeurs promues par l’idéal olympique : l’amitié, la solidarité et le fair-play pour un monde, espérons-le, plus pacifique.

Teddy Riner est octuple champion du monde, quintuple champion d’Europe et double champion olympique de judo. Il est une légende de son sport dont la France peut être fière. Que vous inspire le parcours de ce sportif emblématique ?

Le défi, le challenge, aller au bout de soi. S’affranchir de ses doutes je suppose, pour se transcender au bon moment. Il incarne naturellement les valeurs du judo : courage, modestie et contrôle de soi. La vie d’un athlète de haut niveau, dans beaucoup de sports, est inspirante et motivante. Il y a les longues heures d’entraînement physique et mental, la gestion des blessures, des remises en question, des choix et des sacrifices pour une implication permanente et aller chercher une médaille. Il fait rêver les jeunes et agit pour la recherche sur les maladies génétiques, ce qui dénote une personnalité extrêmement humaine. Son charisme et son talent sont un atout considérable pour notre candidature à Paris 2024. Je suis très confiant sur le résultat du vote à Lima le 13 septembre !

Questions à Teddy Riner, champion olympique et coprésident du comité des athlètes Paris 2024

«C’est l’enthousiasme d’une ville, d’un pays qui rend les Jeux extraordinaires.»

Vous avez déjà participé à trois JO. Selon votre expérience, que doit incarner une ville olympique pour que les Jeux soient réussis ?

L’envie et le bonheur de recevoir, d’accueillir le monde. Lorsque l’on arrive dans une capitale olympique, on le sent tout de suite. S’il y a une adhésion de la population, on sait que la fête sera grande, intense, inoubliable. Du matin au soir on se sent dans un endroit privilégié, où l’on va vivre de grands moments de partage – on le ressent dès que l’on atterrit ! À l’aéroport ! C’est l’enthousiasme d’une ville, d’un pays qui rend les Jeux extraordinaires, et qui fait qu’on se souvient pour toujours de la ville qui les a reçus. Londres, sur ce plan, a révélé une implication formidable. C’est déjà une ville cosmopolite, mais chaque Anglais exprimait une telle fierté. Au Brésil, le contexte était très différent, je sais que les Cariocas y ont mis tout leur cœur – mais ils revenaient de si loin… ils ont fait des miracles !

Quel est votre plus beau souvenir olympique ?

Londres – la ville du 1er titre olympique pour moi ! La journée de compétition restera à jamais gravée dans ma mémoire. C’était comme un rêve, tout était fluide. Et je me souviens aussi que j’avais le sentiment de «jouer à domicile» tant la salle était remplie de supporters français ! Il doit y avoir quelques jours comme ça dans votre vie, où vous avez le sentiment de tout pouvoir vous permettre. C’est pour ces moments-là que chaque sportif de haut niveau s’entraîne consciencieusement et dur chaque jour. C’est notre Graal.

Vous êtes impliqué aux côtés de la candidature de Paris 2024 et êtes, avec Marie-Amélie Le Fur, coprésident du comité des athlètes – comment vivez-vous cet engagement, quelles sont les chances de Paris ?

J’y ai appris beaucoup et j’y ai aussi consacré beaucoup de temps. Les athlètes au cœur du projet, c’est une réalité, pas un effet de style. Nous nous retrouvons régulièrement pour échanger, écouter, discuter, décider. Et chacun de nous s’engage à reprendre les arguments, les atouts de notre ville auprès des athlètes, des personnalités du sport que nous rencontrons au cours de nos compétitions, stages ou déplacements à l’étranger. Je me suis découvert capable de tenir des discours devant une assemblée, adopter certaines postures en public. Paris a toutes ses chances. Je ne veux pas paraître chauvin, mais elle est la plus belle capitale du monde, non ? Le dossier est pensé dans chaque détail avec l’intention de laisser un héritage aux Français et une trace dans l’histoire de l’olympisme. Que chacun se souvienne avec enthousiasme des Jeux de Paris 2024 !

fondation, Air France

Article suivant

Atout chœur