Sandra Rey, designer, innovateurs
Sandra Rey
Sandra Rey
Glowee, éclairage, bioluminescence

Glowee a inventé un éclairage à bioluminescence, doux et écologique pour espaces publics.

P-DG de Glowee

Comment fonctionne la technique mise au point par Glowee ?

Nous insérons des gènes bioluminescents de bactéries symbiotiques du calamar dans des bactéries encapsulées dans une coque avec des nutriments. En fin de vie (environ une semaine), cette biomasse est transformée en énergie – une économie circulaire mise en place petit à petit. Cette lumière est vivante, cultivable et recyclable. Notre idée est née des restrictions d’éclairage nocturne des vitrines, mais la bioluminescence est connue depuis longtemps. Nous avons proposé de nouveaux produits et usages, non pour illuminer et lire ou travailler, mais juste pour signaler.

La pollution lumineuse entre-t-elle en compte dans vos développements ?

Bien entendu, mais la bioluminescence est douce, car diffuse, et son émission de chaleur très faible. Sa texture et sa qualité semblent peu déranger la faune (les moustiques et les serpents ne sont pas attirés).

Que signifient «limite» et «impossible» ?

Enfant, je disais que j’avais les pieds sur Mars. Je suis très rêveuse et très pragmatique, optimiste. Un designer comme moi remet toujours tout en question pour innover, améliorer. Pour trouver une solution, il faut savoir changer de point de vue. Cela me motive et je suis fière d’avoir créé 15 emplois et de la valeur.

Quel pays serait proche de l’ADN Glowee (lumière, nature, énergie…) ?

Glowee n’est pas tant proche de la lumière que de l’énergie. Je pense donc à l’Islande, où elle est 100% renouvelable. Ce pays utilise les forces de la nature. Il a compris ses atouts et capitalise dessus.

De quel objet ne vous séparez-vous jamais en voyage ?

Je voyage léger, mais je note systématiquement sur mon téléphone tout ce que je vois, entends, ce qui me marque. Sinon, j’en oublie les détails.

De quelles destinations rêvez-vous ?

Dans les prochaines semaines, du Kazakhstan, pour l’Exposition universelle [NDR. dont le thème est l’énergie de l’avenir], puis de l’Iran. Je pars pour Glowee, mais je pense prendre aussi du temps sur place.

Un voyage dans le temps ?

J’aimerais plutôt retourner dans des lieux que j’ai adorés : l’Amérique du Sud et le Pérou, l’Islande, la Jordanie… Mais je me force aussi à découvrir.

  • 1990 Naissance à Boulogne-Billancourt.
  • 2009-2013 Master en design industriel spécialisé dans les nouvelles technologies à Strate (Sèvres) et victoire au prix Artscience avec Glowee.
  • Septembre 2014 Première entrée en laboratoire.
  • Décembre 2014 Création de Glowee.
  • Juin 2015 Premières 24 heures de lumière.
  • Décembre 2015 Lancement du premier produit pour l’événementiel durant la COP21.
  • Mars 2016 Reconnue par le MIT Technology Review parmi les 10 meilleurs innovateurs français de moins de 35 ans.

© Marie-Béatrice Seillant - Glowee

Isabel Ettedgui, Mayfair

Article suivant




Connolly
comme
à la maison