Aller au contenu principal

Lignes de jeu

1

Les Scrapbooks du baron de Cabrol et la Café Society

Un salon orné de fleurs fraîches, des smokings et des robes aériennes, une conversation d’après-dîner… Cela pourrait être une scène mondaine comme une autre, mais baissez le nez, cherchez l’incongruité : les costumes sont d’aquarelle, les visages et les décolletés du papier photo. Le baron de Cabrol avait de l’humour et un passe-temps : le scrapbooking (de scrap, morceau et book, livre). De 1938 aux années 1960, cet aristocrate parisien découpa, colla, illustra sa vie dans le beau monde, peuplée de bals flamboyants, de parties de chasse et de châteaux en province. Un album comme un carton d’invitation, à la fois suranné et impertinent. LO 

Par Thierry Coudert

Flammarion
2

Anagrammes renversantes

N’ayant que 26 lettres pour s’exprimer, l’art se niche alors dans les combinaisons. On peut épicer le propos via les anagrammes : mélanger les lettres d’une expression pour en créer d’autres. Le physicien Étienne Klein et le pianiste Jacques Perry-Salkow ont ainsi découvert que sous «la courbure de l’espace-temps» émerge «le superbe spectacle de l’amour» ou que «Albert Einstein» masque «rien n’est établi». Et si Le Sens caché du monde se révélait sous ces assemblages «anodins»… VG

Par Étienne Klein et Jacques Perry-Salkow

Flammarion
3

Tokyo

Ce format allongé, retenu dans sa bretelle élastique comme un cadeau à découvrir, ne vous rappelle-t-il rien ? Mais si, bien sûr, la flânerie savoureuse des escales de papier signées Vuitton. Toujours mi-documentaires mi-envolées artistiques, les Travel Books vous envoient cette fois à Tokyo, où les pixels vitaminés du groupe eBoy ont littéralement fait la tête au carré de tout le monde, du marché aux poissons de Tsukiji aux bus de touristes. À la manière d’un geste impressionniste numérique, cette grille de carrés colorés ne vous dira rien de près. Mais prenez du recul, et tout fera sens. MA

Par eBoy

Louis Vuitton Travel Book
4

Roi, Dame, Valet

«De tous mes romans, ce vigoureux gaillard est le plus désinvolte» annonce Nabokov en ouverture de cette œuvre de jeunesse. Désinvolte peut-être, l’histoire de ce trio de cœur (mari, femme, amant) en pleine partie de bluff dans un Berlin bourgeois. Mais l’auteur de Lolita est un maître du jeu imprévisible, il aime l’humour grinçant, le brouillard et les déjà-vu oniriques (un logeur détraqué, un train hasardeux, un tableau douteux…). Intrigue amoureuse «sans rien de bien nouveau»? Plutôt une épopée badine, entre rêve et farce. LO

Par Vladimir Nabokov

Éditions Gallimard, coll. L’Imaginaire
5

Paysajeux

Qui n’a pas cru discerner, en levant le nez vers les nuages, un éléphant, un clown ou une baleine sous leurs formes dodues ? Ou cherché Charlie dans des foules grouillantes (le héros des livres de Martin Handford) ? Dans ce grand album, Henri Galeron a caché dans des paysages apparemment fort sages, minutieusement élaborés et délicatement colorés, des créatures absurdes, inquiétantes, des reflets trompeurs. Une image peut en cacher une autre : prendre ces vues à bout de bras, s’y perdre et ne pas hésiter à basculer le sens de lecture, à la recherche de bizarreries (listées en fin d’album pour les impatients). VG

ar Henri Galeron

Éditions Les Grandes Personnes

Article suivant

De la tête
aux pieds