Polo & Pan
sont sur un bateau

Caravelle

Polo & Pan

Après quatre ans à essaimer leur univers fantasque d’un bout à l’autre de la planète branchée, le duo parisien Polo & Pan sort enfin un premier album.

Polo & Pan sont des artisans-producteurs. De ceux qui façonnent des univers en Technicolor, avec soin, pierre après pierre, un rêve après l’autre. Forcément, avec une méthodologie aussi pointilleuse, Polo (en vrai, Paul Armand-Delille) et Pan (Alexandre Grynszpan) ont pris l’habitude de dévoiler leurs trouvailles sonores au compte-gouttes. Il y a eu une collaboration chic («Jacquadi» avec Jacques, le DJ coté), des commandes pour marques chic («Brooklyn Amusement Park» pour le Bon Marché ou «Dorothy» pour Apple), et même des films dans l’air du temps («Rivolta» pour Eden, réalisé par Mia Hansen-Løve). L’art d’être là sans se faire voir. Polo, tempes grises, yeux doux, justifie sans forcer : «On vit à l’ère du teaser, on préfère se cacher.»

La dynamique Petit Poucet est désormais révolue. Après quatre ans de production commune, le duo parisien a enfin mis les voiles : son premier album s’appelle Caravelle. À bord de la nacelle, on ne parle pas de chansons, mais de story-boards. Ce ne sont pas des histoires, mais des destinations. Bref, de la musique narrative, colorée, onirique, en forme de guide-explorateur. «On puise dans la cumbia, la bossa, la techno... explique Pan, déjà derrière le site Radiooooo.com, qui compile les pépites musicales du monde entier. On veut faire découvrir des samples et les hybrider entre eux».

«Hybrider» : ce drôle de mot est devenu leur marque de fabrique. Après s’être rencontrés derrière les platines du Baron (ils parlent même d’«école Baron»), Polo  & Pan prolongent les expérimentations dans leur labo-studio, comme autant de chercheurs fous. «On mixe tout, parfois on fait des erreurs : j’adore échouer, c’est comme ça que tu apprends», lâche Polo. Cérébral en diable, le tandem n’a qu’une obsession : éclater les frontières musicales pour faire régner leur genre de jungle, à mi-chemin du pays imaginaire et du magicien d’Oz.

 

Caravelle

Hamburger Records & Ekler’o’shock / Caroline France

© Noemi Ferst - Barrère & Simon

Article suivant

Yaz Bukey