L’essence d’une fleur

Silhouette effilée du chai Château Les Carmes Haut-Brion conçu par Philippe Starck et Luc Arsène-Henry.

Sleek cellar at Château Les Carmes Haut-Brion, designed by Philippe Starck and Luc Arsène-Henry.

Dans sa dernière composition, incarnée par Angelina Jolie, le parfumeur de Guerlain a semé des brassées de lavande Carla. Une espèce rare, dont le procédé d’extraction unique signe l’audace olfactive.

On pensait la lavande timide, ensachetée au fond d’une armoire, cachée entre des draps de lin, parcimonieuse dans ses arômes dès qu’elle quittait la Provence. Jusqu’à rencontrer une lavande qui n’aime rien faire comme les autres. Elle a un prénom, Carla. Et une nature, aventureuse. Elle aime la compagnie des grands chefs, étoilés si possible, comme Mauro Colagreco, ou des meilleurs ouvriers de France, comme Guy Krenzer, qui en ensoleillent leurs assiettes. Quand Guerlain l’a invitée à se glisser dans un flacon quadrilobé, elle n’a pas hésité, elle a hoché la tête avec une tranquillité lumineuse. Et engagé la conversation avec la vanille Tahitensis, le santal et le jasmin Sambac qui composent le tout nouveau parfum Mon Guerlain.

Cette lavande Carla tire son caractère de ses origines : un sol calcaire dans le sud de la Drôme, une petite exploitation biologique bercée par le Rhône, baptisée Baume des Anges. Et une méthode inventée au bord des champs par Laurent Dreyfus-Schmidt, ingénieur agronome : l’extraction à basse température «qui permet de préserver les molécules les plus fragiles des notes de tête, si caractéristiques des plantes fraîches». Thierry Wasser, maître parfumeur de Guerlain, s’est laissé happer par cette matière première tout en justesse : «Cette lavande-là est une fleur rare, elle a des qualités olfactives merveilleuses : très lumineuse, presque androgyne, elle irradie avec spontanéité et simplicité.» Il l’a placée en tête de sillage comme une apostrophe, un appel à une féminité audacieuse incarnée par Angelina Jolie, nouvelle muse de la maison.

© Benjamin de Lapparent - Tom Munro

Casa da Música de Rem Koolhaas, sur les hauteurs de Boavista.

Article suivant

Porto
Jours tranquilles
en 10 raisons