Aller au contenu principal

L’attrait des marges

1

Borderline – Les frontières de la paix

Sur chaque photo, une borne grise ou rouge et blanc, une ligne peinte en pointillés, deux bitumes différents ou rien qu’une rivière, un bois, une prairie, un vallon : les frontières sont polymorphes et d’une toute autre allure que les lignes des cartes, fussent-elles sur nos Smartphones. Après l’ouverture de l’espace Schengen, le Napolitain Valerio Vincenzo a passé dix ans et 20 000 km à photographier ces seuils entre une vingtaine de pays – pour les curieux, à chaque photo, date et coordonnées GPS. Borderline, une balade aux lisières souvent bucoliques qui articulent l’Europe. VG

Par Valerio Vincenzo Lannoo

2

Léon l’extra petit terrestre

Léon n’est pas distrait ou rêveur, Léon est fort occupé : il a 2 planètes, la nôtre et la sienne, la lune. Et il passe sa vie, notamment à l’école, en aller-retour. «Parfois, j’aimerais bien être un vrai Terrien. Avoir plein de copains et tout comprendre des mots du maître. Réussir à faire des roulades sans sortir du tapis ou shooter dans le ballon et marquer un but.» Telle une planète, une bulle découpée dans les pages ouvre un univers sur l’autre. Un livre tendre pour grandir-atterrir doucement. VG

Par Jo Witek et Stéphane Kiehl

De La Martinière Jeunesse
3

Sweetheart Roller Skating Rink

«ça vous dérange, si je prends quelques photos ?» Phrase anodine, qui a souvent mené à de beaux souffles photographiques. Pour Bill Yates ce livre a commencé ainsi, un jour de 1972 devant une patinoire de Tampa, Floride. Pendant des mois, il y capturera les étourdissements d’une jeunesse américaine montée sur patins à roulettes. élans d’insouciance entrecoupés, flashés, fixés sur des pellicules oubliées pendant quarante ans, récemment redécouvertes. D’où, peut-être, l’impression d’entendre encore le roulis du caoutchouc sur la piste de bois… LO

Par Bill Yates

Fall Line Press
4

Herbarium

Si la seule évocation d’une plante vous hérisse, le nom de cette bible végétale pourrait réveiller votre rhume des foins. Mais ne passez pas votre chemin ! Ici, l’horticulture et ses photographies périmées ont fini aux orties. On les troque pour des herbes folles, douces, vertes, dessinées comme des motifs de papier peint épuré, histoire d’apprendre qu’une tisane de primevères est sédative, que les graines de coquelicot grillées parfument divinement les pâtes, et que l’aneth n’aime pas pousser près des carottes. Le monde des plantes retrouve alors toute sa modernité. MA

Par Caz Hildebrand

Éditions Marabout
5

L’Art de la joie

Elle n’est pas vraiment modeste, Modesta, et porte son prénom comme une contradiction prophétique. Née dans la misère de Sicile, l’héroïne de ce roman paru en 1998 en Italie renâcle à toutes les conventions, invente des palais où se côtoient fils de princes et de paysans, s’affranchit par des mots qu’elle n’aurait jamais dû apprendre – «Il fallait en voler encore, en accumuler le plus possible sur le papier réglé de ses cahiers.» Goliarda Sapienza, dont le profil orne la couverture, a mis dix ans à écrire ce grand récit d’insoumission. 800 pages d’une prose généreuse et aveuglante tel un soleil sans fard, la trajectoire irradiante d’un personnage rêvant de «naître vieux et de mourir enfant». LO

Par Goliarda Sapienza

Éditions Le Tripode

Article suivant

En barque sur le lac
4. Tout est double