De temps
en tons

La Musicale, Breguet

Bird Repeater Fall of the Rhine, Jaquet Droz

Grandmaster Chime (dos/back), Patek Philippe

Crazy Skulls, Speake-Marin

Zeitwerk, A. Lange & Söhne

Rotonde Répétition Minutes, Double Tourbillon Mystérieux, Cartier

PW1 Répétition Minutes, Bell & Ross

Escale Worldtime Minute Repeater (dos/back), Louis Vuitton

Les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860, Vacheron Constantin

Royal Oak Concept Supersonnerie, Audemars Piguet

Nées avec le siècle des Lumières, les montres à sonnerie sont dans l’air du temps. Au-delà de la démonstration de haute horlogerie qu’elles induisent, leur petite musique résonne d’une poésie opportune.

Tel le chef-d’œuvre que réalise le compagnon du Devoir, la montre à sonnerie représente un achèvement dans la vie d’un horloger. Complication reine, la grande sonnerie, qui sonne les heures et les quarts «au passage», c’est-à-dire automatiquement, est souvent couplée à la répétition minutes, un mécanisme «à la demande» qui indique heures, quarts et minutes dans des tonalités distinctes, graves et aiguës. Développées au XVIIIe siècle pour donner l’heure en calèche ou durant la nuit, mais surtout pour afficher sa curiosité et son aisance, comme certains font vrombir leur moteur, ces montres de poche exigent des trésors de miniaturisation. Le port au poignet, qui étouffe le son, relève en effet du pur défi horloger. Il faut alors suffisamment d’énergie aux marteaux pour venir frapper les timbres, de manière à les faire vibrer et produire des sons. Aujourd’hui, seule une poignée d’horlogers sait accorder des timbres. Or, ces pièces, limées, polies et enroulées autour du mouvement donnent à la montre sa signature, sa véritable empreinte acoustique. Chef d’orchestre virtuose, la manufacture Patek Philippe est une référence pour les collectionneurs, notamment dans la sonnerie cathédrale dont le carillon riche et plein résulte de longs timbres disposés de manière hélicoïdale. Avec son modèle Grandmaster Chime, la maison pousse l’exercice à 5 sonneries, la répétition minutes étant systématiquement validée par le président, Thierry Stern, avant d’être enregistrée pour les archives. Chez Louis Vuitton, les voyageurs amateurs de belle horlogerie ont, eux, le loisir de faire sonner l’heure de leur pays d’origine grâce à la combinaison d’une répétition minutes et d’une fonction Worldtime.

Alliages harmoniques

Conçue avec les étudiants de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, la Royal Oak Concept Supersonnerie d’Audemars Piguet préfère explorer la question de l’intensité. L’usinage spécifique de l’acier des 2 timbres, fixés en-dessous du mouvement et faisant alors office de table d’harmonie, génère une sonorité ample et claire, rappelant celle des premières montres à sonnerie. Présentée cette année, la superbe grande sonnerie avec répétition minutes de Vacheron Constantin résonne d’une belle harmonie, épurée des quarts fantômes (le terme consacré pour l’infime silence entre la sonnerie des heures et des minutes). Chez Greubel Forsey, la toute récente Grande Sonnerie frôle vingt heures de réserve grâce à un remontage automatique. De quoi apprécier la franche sonorité du garde-temps, doté d’une cage de résonance acoustique en titane, un matériau qui tonifie le tintement, sans impacter son intensité. Équipée d’un mécanisme similaire à celui d’une boîte à musique, La Musicale de Breguet exploite les propriétés acoustiques de l’or, réputé pour produire le son le plus fidèle. En l’occurrence, le dernier mouvement de la Suite pour orchestre no2 en si mineur de Jean-Sébastien Bach, déclenché par un poussoir à 10h. Façonné dans le précieux métal, le boîtier est percé d’ouvertures pour constituer une chambre, appelée «cavité de Helmholtz», qui transmet la mélodie, remarquable de fluidité. Avec sa nouvelle Zeitwerk, A. Lange & Söhne fait résonner l’épure saxonne. Harmonieusement placés sous les guichets des heures et minutes à chiffres sautant, 2 marteaux en acier poli gravé au tremblé font alterner toutes les dix minutes teintes chaleureuses et cristallines, portées par le boîtier en or de l’élégant garde-temps. Pour Bell & Ross, la répétition minutes se conçoit plutôt en clin d’œil à son format d’origine, en sobre montre à gousset sonnant les cinq minutes écoulées.

Le tourbillon des heures

Par ce lien avec leurs aïeules, les montres à sonnerie contemporaines poétisent le temps. Jaquet Droz puise ainsi dans les automates et montres chantantes de ses débuts pour une répétition minutes féerique. Un couple de mésanges donne la becquée à ses oisillons, tandis que les chutes du Rhin cascadent au fond du tableau offrant 8 animations, au son d’un timbre cathédrale tout en rondeur. Avec Cartier, la magie naît du dialogue visible entre le double tourbillon mystérieux et le jeu des marteaux de la répétition minutes dont les timbres, accordés sur un si et un ré, délivrent une sonnerie merveilleusement pure. Chez Parmigiani Fleurier, un labyrinthe en jade et or blanc invite à laisser vagabonder son esprit, porté par le carillon mélodieux d’une répétition minutes sur 2 timbres cathédrale. Joyeuse démonstration de l’excentricité britannique qu’il cultive, la dernière-née de Speake-Marin brise un cœur lorsque retentit le carillon des heures de la répétition minutes. Un tourbillon volant se dévoile alors dans cette scène digne de Shakespeare.

© Breguet - Jaquet Droz - Patek Philippe - Speake-Marin - A. Lange & Söhne © Cartier - Bell & Ross © Louis Vuitton - Vacheron Constantin - Audemars Piguet

Article suivant

L’art à la bouche