Edito

Lorsque le réel prend ses quartiers d’été, l’asphalte rosit et les syntaxes se constellent de fleurs de cerisiers. Saisissez cette phrase au rebond, secouez ses verbes jusqu’à semer une prairie de signes sous la surface des choses. Voyez ce trait courant sur le mur, agitez-le pour faire pleuvoir des pois, des ponts et des points. Tirez ce paysage comme un rideau, découpez des pensées, collez des souvenirs : le sérieux fait sa valise, voici la poésie qui toque au hublot.

La carte postale
de Laura Acquaviva

Peinture, fusain, crayons, feutres, collages… Une main graphiste, l’autre illustratrice, cette créatrice d’images les concocte avec moult ingrédients pour restituer au plus juste ses sensations. Ce mois-ci, un rêve éveillé : des bribes d’un voyage surgissent et en tissent le souvenir en un tableau abstrait.

Article suivant

Air France