Nicolas Bos

Ryoko Sekiguchi, écrivain et traductrice, au restaurant Botanique, 71, rue de la Folie-Méricourt.

Ryoko Sekiguchi, writer and translator, in the restaurant Botanique, at 71, rue de la Folie-Méricourt.

Les créateurs dans l’atelier bruxellois de François Schuiten.

The authors in François Schuiten’s studio in Brussels.

Montre Lady Arpels Papillon Automate (le papillon s’anime)

Président et P-DG de Van Cleef & Arpels

Comment avez-vous acquis l’expertise nécessaire en haute joaillerie ?

En joaillerie, l’expertise est l’expérience, elle ne s’enseigne donc pas. Je suis arrivé chez Van Cleef & Arpels pour structurer les processus, de l’inspiration créative à la commercialisation. Sans pour autant avoir d’emblée une «recette magique». Les premières années ont été un extraordinaire apprentissage auprès des départements avec comme objectif l’équilibre entre le dessin, la technique et l’ADN de la maison (les fleurs, la nature, la danse et les plus belles pierres).

Qu’est-ce alors que le temps ?

C’est une valeur : notre métier a le côté atemporel de l’émerveillement de l’enfance, sa permanence et sa pertinence. Nous travaillons les matières les plus durables – combien de bijoux ont été retrouvés lors de fouilles archéologiques… Bien utilisé, c’est l’élément pour être toujours plus précis, émouvant, innovant, impressionnant.

La dimension narrative des collections fédère-t-elle aussi les équipes ?

Tout à fait, elle réunit les énergies autour de Peau d’âne, des Voyages extraordinaires de Jules Verne ou de L’Arche de Noé, évocateurs pour chacun. La création n’étant pas linéaire, les ateliers «s’entre-inspirent», travaillent en parallèle.

L’Arche de Noé a fait l’objet d’une exposition publique. Pourquoi ?

Une envie de la maison de renouer avec un usage oublié. Comme la peinture ou la sculpture, la joaillerie émeut et fascine. L’exposition ne prenant pas en compte la valeur marchande, seule l’émotion prime. Robert Wilson a ainsi présenté nos bijoux d’animaux dans une installation aux vitrines à hauteur d’enfant.

Ce numéro a comme fil rouge «Poésies». Quels lieux sont pour vous poétiques ?

Venise ou Rome. Et des quartiers très urbains et quotidiens : Downtown à Los Angeles, ou Daikanyama et Nakameguro à Tokyo, mélanges d’architectures ultracontemporaines et de bâtisses vétustes.

Lors d’un voyage, auriez-vous découvert un savoir-faire unique ?

À Kyoto, Kunihiko Moriguchi, trésor national vivant, crée des kimonos aux motifs faits de petits points : des grains posés puis ôtés après la teinture en réserve. Les couleurs sont élaborées à partir de plantes disparues. Un rapport au temps et un engagement physique incroyables ! Une technique unique.

 

  • 1971 Naissance à Paris.
  • années 1990 Étudie à l’ESSEC.
  • 1992 Rejoint la Fondation Cartier pour l’art contemporain.
  • 2000 Intègre Van Cleef & Arpels, chargé de la direction du marketing et de la création.
  • 2003 Songe d’une nuit d’été, sa première collection thématique – au moins une par an.
  • 2010 Collection Les Voyages extraordinaires. 2013 Président et P-DG de Van Cleef & Arpels.
  • 2016 L’Arche de Noé racontée par Van Cleef & Arpels et mise en scène par Robert Wilson.
  • 2017 L’Objet extraordinaire Automate Fée Ondine, une œuvre de compagnonnage mise au point pendant sept ans.

© Van Cleef & Arpels - Patrick Swirc

Article suivant

Le verbe
poétique