À la table de Babette de Rozières

Résumé : Sous terre, Itipulco tombe nez à nez avec un énorme lézard : Paryaqaqa ! «Où est ma mère ?» demande-t-il, tremblant. Le monstre prend alors l’apparence de l’Indien du lac, puis d’Itaki. Le petit garçon réalise qu’il a été trompé, et s’enfuit par un tunnel…

The story so far: Once underground, Itipulco comes face to face with a huge lizard: Paryaqaqa! “Where is my mother?” he asks, trembling. The monster turns into the Indian of the lake, and then into Itaki. The boy realizes he’s been deceived, and flees through a tunnel.

Menu de chef Au départ de Fort-de-France, Pointe-à-Pitre, mais aussi de Cayenne, Air France confie, dans le cadre de sa montée en gamme, la conception du plat créole (renouvelé tous les mois) des cartes Business et Premium Economy à la chef antillaise Babette de Rozières. Sa cuisine métissée, mêlée d’influences contemporaines, offre ainsi durant un an plus de plaisirs gourmands. Colorés, habiles et éclatants de saveurs, ses plats revisitent les classiques du répertoire insulaire avec brio. Trois recettes emblématiques de la célèbre chef : dos de cabillaud mariné au citron vert (mars, juin, septembre et décembre) ; fricassée de poulet fermier (avril, juillet, octobre 2017 et janvier 2018) et gigotin de poulet fermier au curry (mai, août, novembre 2017 et février 2018).

Sur terre Chef de cuisine, auteure, animatrice de télévision et fondatrice du Salon de la gastronomie des Outre-mer à Paris, Babette de Rozières porte les recettes de son enfance partout dans le monde. En 1978, elle acquiert son premier restaurant L’hibiscus avec seulement deux tables, puis se succèdent La Plage des palmiers (Saint-Tropez), Le Jardin des gourmets (Le Gosier, Guadeloupe), La Villa créole (Paris), La Table de Babette (Poissy, puis Paris) et, aujourd’hui, La Case de Babette (Maule, Yvelines).

© Alexandre Rety - DR

Article suivant

Bon appétit à Montréal !