Vincent Baranger membre du studio parisien 5.5 designers.
Semeurs d’horizons
Vincent Baranger membre du studio parisien 5.5 designers.
Anthony Lebossé membre du studio parisien 5.5 designers.
Anthony Lebossé membre du studio parisien 5.5 designers.
Claire Renard membre du studio parisien 5.5 designers.
Claire Renard membre du studio parisien 5.5 designers.
Jean-Sébastien Blanc membre du studio parisien 5.5 designers.
Jean-Sébastien Blanc membre du studio parisien 5.5 designers.

Installation Pozo de Tinta, dans le vignoble castillan de Bodega Numanthia.

Le puits conserve à 3 m sous terre 3 bouteilles du grand cru Termanthia.

Le puits conserve à 3 m sous terre 3 bouteilles du grand cru Termanthia.

Tri, après la récolte manuelle du raisin.

La structure métallique plonge aussi loin que les racines des vignes centenaires de Tinta de Toro.

Réinventer le chai et dessiner l’espace : en Espagne, le collectif 5.5 designers a créé un puits pour abriter dans la fraîcheur de la terre trois crus d’exception. Du «land design» à la source.

Drôle de miracle à Valdefinjas, petit village de Castille-León. À ciel ouvert, on y fait jaillir le vin des profondeurs de la terre. Trois bouteilles sont hissées comme par magie, depuis une étonnante sculpture-portique conçue par le studio 5.5 designers. Trois bouteilles d’un vin rare : le Termanthia, issu du meilleur vignoble de l’appellation toro. Ce millésime gorgé de soleil et puissant en arômes, dont la production n’excède pas 6 000 bouteilles par an, est produit par Bodega Numanthia, un domaine du groupe Moët Hennessy. Il est midi, le soleil est à son zénith : «Lorsque nous sommes venus ici pour la première fois, le paysage nous a bouleversés, raconte Vincent Baranger, qui est l’un des quatre designers du studio, avec Jean-Sébastien Blanc, Anthony Lebossé et Claire Renard. C’était les vendanges. Il y avait de grands fils tendus au-dessus des vignes, auxquels étaient accrochées des papillotes argentées destinées à éloigner les oiseaux. Nous avons eu le sentiment d’arriver devant une installation d’art contemporain. Lorsque Bodega Numanthia nous a demandé de réfléchir à une nouvelle façon de déguster leur vin, nous avons eu le désir de créer une œuvre qui soit, comme les guirlandes des vignerons, belle et fonctionnelle.»

Échos des vignes

Quand de grandes marques de vins et spiritueux contactent des designers, c’est en général pour redessiner un packaging ou réaliser un coffret en édition limitée. Rares sont les collaborations de fond. Les 5.5 designers, longtemps, n’ont pas échappé à la règle. Pour Veuve Clicquot, ils ont produit un étui rosé avec poignée intégrée. Pour Moët & Chandon, un écrin doré qui garde le champagne au frais. Pour Belvedere Vodka, un autre étui à double usage, qui peut être réutilisé en bac à glaçons. Des projets singuliers, qui leur ont valu moult distinctions, mais qui les cantonnaient souvent à des préoccupations esthétiques. «Notre but n’est pas seulement de produire des objets, si beaux ou créatifs soient-ils, mais de raconter une histoire globale qui permette de faire évoluer les marques et les entreprises.» Bodega Numanthia est venu à point nommé pour répondre à ce souhait. «Nous travaillons avec eux depuis deux ans. Tout est matière à réflexion : l’appellation, l’identité des deux cuvées – Termanthia et Numanthia –, la notion de patrimoine enfin, puisqu’il s’agit d’un cépage très ancien, dont l’histoire nous a passionnés.»

Le goût de la Castille

Lorsque Christophe Colomb est parti de Palos de la Frontera, en 1492, pour découvrir une nouvelle route vers les Indes, c’est le vin de Toro qu’il a embarqué à bord de sa caravelle. Lorsque le phylloxéra a détruit une grande partie des vignobles européens au XIXe siècle, les cépages tinta de toro sont les seuls à avoir résisté à l’attaque. Les connaisseurs ont tous en tête la légende de ce vin unique, élaboré à partir de pieds de vignes originaux, dont certains datent de cent quarante ans. «La résistance de ces pieds de vignes tient au fait qu’ils ont de grandes racines pour récupérer les nutriments dont ils ont besoin. Ils puisent l’humidité entre 2,5 m et 3 m de profondeur. C’est ce qui nous a donné l’idée de notre installation Pozo de Tinta : creuser une cavité étroite dans la terre pour y loger trois bouteilles d’exception, qui restent au frais jusqu’à ce qu’on les libère.» Les 5.5 designers se sont aussi inspirés d’une pratique locale. Partout dans la région, les vignerons ont aménagé des petites cavernes baptisées tuda pour se protéger du soleil lorsqu’ils font les vendanges et mettre le vin et les aliments à l’abri.

Territoires créatifs

Les 5.5 designers n’en sont pas à leur première expérience de «land design». Dans le parc de La Ferté-Vidame, ils ont imaginé un mobilier qui invite le visiteur à s’asseoir à ras du sol et à modifier sa perception du site. Au centre d’art et de design La Cuisine de Nègrepelisse, ils ont réalisé, en guise d’aires de pique-nique, des nappes pérennes en mosaïque de pâte de verre. Au domaine Bodega Numanthia, ils ont dû prendre en considération une histoire et une géographie particulières, puisque ce terroir est constitué de plusieurs petites parcelles, à distance les unes des autres. «L’œuvre que nous avons conçue a pour vocation de constituer une sorte de balise au cœur d’un territoire très morcelé. Avec cette sculpture à facettes, taillée comme un diamant, nous proposons différents cadrages sur le paysage. Suivant la façon dont on se place, aucun point de vue n’est le même. Nous avions envie de créer une expérience du lieu. Ce terroir est très singulier. Il fallait le signifier par une œuvre qui fasse poétiquement le lien entre l’homme et la nature.»

© Alcohol abuse is harmful to your health. Drink in moderation.

Article suivant

Linda Lomelino