Cette année, que vous soyez petit ou grand enfant, illustrez librement les chapitres de cette histoire racontée à tour de rôle par six auteurs. Votre dessin sera peut-être publié dans nos pages... Ce mois-ci, c’est Lili, 9 ans, qui depuis Paris a mis ses images sur les mots d’Anne Maurel.

Pour participer à notre prochaine histoire jeunesse, téléchargez le texte ici
et envoyez-nous votre création à l'adresse suivante :

Air France Magazine, L’histoire du mois, 5, rue Gaston Gallimard, 75007 Paris.

En barque sur le lac
1. Itipulco

Ecoute le bruit de la pluie qui ruisselle, l’eau qui coule, s’écoule, se jette dans la mer et puis devient un beau grand lac bleu à l’autre bout du monde. C’est un lac au nom étrange, le lac Titicaca – et pourquoi pas Barbapapa ? dit une petite voix. Un lac parsemé d’îles, où les maisons et l’école sont en roseaux, où les chemins sont couverts d’une paille chaude et toute jaune. Itipulco vit sur l’une de ces îles. Quand il est en barque sur le lac très bleu entouré de montagnes aux hautes cimes couvertes d’une belle neige blanche, l’écho répète longtemps son nom au-dessus de l’eau : Coco, Coco. Ses amis l’appellent depuis le rivage. Quand la barque s’éloigne, ils l’appellent et l’accompagnent partout de leur voix dans les airs. Ils savent qu’une fois la nuit venue il reviendra et déposera sur la paille de la rive, brillant sous les étoiles, un panier plein de poissons au dos luisant de reflets bleus comme le ciel et comme l’eau, bleus comme le jour. Qui est Itipulco, se demandent ses camarades ? Un petit garçon ? Ou bien le fils du dieu Inti, le Soleil, né des eaux du lac, à l’est, du côté des montagnes ? Il va à l’école, comme tous les petits garçons, mais il est le seul dont le nom résonne sur toute l’étendue immense du lac – Coco, Coco –, le seul à venir jeter à leurs pieds, quand la nuit est déjà tombée, une poignée d’azur. Dans ce pays où tout est double, les syllabes des mots, les reflets du ciel dans l’eau et l’écho renvoyé par les montagnes, on peut sûrement être petit d’homme et fils de dieu, les deux en même temps. À suivre. 

Hochet mousqueton et hochet rond Carabiner and round rattles faits main, en bois de noyer et bois de poirier, livrés avec un petit pot de cire naturelle Knotwork LA

Article suivant

le bois et moi et moi…