Écoute du vrombissement d’un moteur ou surpiqûre du cuir, ces artisans experts inspectent toutes les étapes de création.
La mécanique du beau

Écoute du vrombissement d’un moteur ou surpiqûre du cuir, ces artisans experts inspectent toutes les étapes de création.

Armure de Kunimuri, du clan des Heiké.

The armour of Kunimuri, of the Heike clan.

Armure de Kunimuri, du clan des Heiké.

The armour of Kunimuri, of the Heike clan.

Le luxe étant avant tout une affaire d’exigence extrême, la marque japonaise Lexus entend atteindre la perfection. Sa botte secrète ? Les takumi, des maîtres artisans apportant leur expertise dans la fabrication de chaque véhicule.

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, recommandait Boileau aux écrivains dans son Art poétique. Cette devise d’un homme de lettres français du XVIIe siècle pourrait être celle des takumi japonais d’aujourd’hui, ces artisans au savoir-faire exceptionnel. Le mot composé de deux caractères, taku, «ouvrir, élargir» et mi, qui signifie «fruit», «bon résultat» ou encore «beauté», est éloquent. Car au Japon, le takumi est celui qui vise la perfection. Qu’il soit ébéniste, céramiste, tisserand ou orfèvre, il doit avoir acquis sa compétence au prix de 10 000 heures de travail… Parfois plus. C’est le cas dans l’industrie automobile de luxe, qui elle aussi sollicite ces professionnels singulièrement habiles. Chez Lexus, filiale de Toyota née en 1989, les takumi doivent avoir accumulé dans leur boîte à outils 50 000 heures de travail, soit vingt-cinq ans d’expérience. D’une caresse de la main sur un tableau de bord, ils détectent l’imperfection, traquent le grain du cuir irrégulier, le point d’arrêt maladroit d’une couture. Rares sont les élus, bien sûr, et dans la plus grande des usines Lexus du Japon, à Kyushu, on ne recense que 19 takumi sur les 7 700 collaborateurs qui veillent à la fabrication de ces voitures au design si caractéristique, la calandre à double trapèze. Parmi les différents corps de métier des takumi de Lexus, les responsables des finitions se soumettent régulièrement à un bien curieux test : celui de l’origami du chat. Tentez, des deux mains, de fabriquer d’un morceau de papier un félin aux oreilles et au museau impeccables ! Que diriez-vous de renouveler l’expérience de la main non dominante, sans l’appui d’une table et en 90 secondes ? Voilà à quoi se plient ces artisans d’un genre unique pour éprouver leur dextérité. Mais les experts, dont la tâche est de vérifier que l’assemblage des 30 000 pièces d’un SUV ou d’un coupé hybride est sans reproche ou que chaque couche de peinture est sans aspérité, sont aussi des maîtres chargés de passer leur savoir. De transmettre l’art de la perfection. Décidément, vous ne regarderez plus une automobile de la même façon…

© Lexus - DR

Article suivant

Varsovie :
Vent d’Est