Un arbre à mâcher

Ne vous fiez jamais aux apparences. Il suffit parfois d’un tout petit geste, un roulis de molaire et quelques battements de mâchoire pour révéler un horizon. Prenez ce bout de gomme, carré à souhait, qui détend les palais délicats aux moments opportuns : figurez-vous que sa mastication est une sorte d’engagement socio-environnemental à elle seule. Parce que ce chewing-gum est un ovni de la planète confiserie – d’ailleurs, on le trouve plus volontiers en pharmacie : issu du commerce équitable, bardé de diplômes écolos, 100% naturel et biodégradable, adapté à toutes les obédiences (vegan, casher, sans gluten, sans aspartame), juste cette pâte à goût qui swingue à mesure qu’on la mâche. C’est au Mexique qu’on le fabrique. Une communauté de chicleros, réunis en coopératives, y récolte le latex dans la jungle, en incisant des z sur les troncs de sapotilliers (chicozapote). L’arbre est laissé tranquille jusqu’à la récolte suivante, cinq ans plus tard, ce qui préserve le biotope. De son côté, le latex est cuisiné maison, sucré au sirop d’agave et parfumé aux arômes naturels. En bouche, la texture est d’abord surprenante, puis le goût surgit, certes moins farouche que chez d’autres congénères, mais plus lent à s’affadir. Un effet papillon convaincant, donc, version élastique.

 

naissance, légumes

Article suivant

Le
Prince
aux
Petits
Pois