Guilbert Pierre, sellerie

Pierre Guibert

Pierre Guibert

écharpe, Guibert

Sellerie Guibert, écharpe et sac Baby Grooming de la 4e collection capsule avec Ginette NY.

Guibert, sac Baby, Grooming

Sellerie Guibert, écharpe et sac Baby Grooming de la 4e collection capsule avec Ginette NY.

Fondateur de Guibert Paris

Pourquoi créer une marque de sellerie ?

Je suis cavalier depuis trente ans, et perfectionniste. L’équitation est un sport à risques et aussi de sensibilité. Il faut se faire comprendre de sa monture et sentir ses réactions. Son intelligence est émotionnelle, c’est une «éponge» à états d’âme. Le cuir permet cette transmission. Sa qualité est aussi garante de la sécurité du cavalier et du cheval. Or il y a quelques années, la sellerie perdait ses compétences. J’ai rencontré alors des artisans qui travaillaient à façon dans un petit atelier, le savoir-faire était encore là, mais plus les finances. Grâce à des machines performantes, les selles, brides et autres licols sont désormais fabriqués dans les règles de l’art avec des cuirs tannés en France et choisis selon la pièce de sellerie.

Quand les accessoires sont-ils arrivés ?

En même temps, car culturellement la sellerie est dans l’ADN de la maroquinerie, les techniques sont identiques. D’ailleurs les couleurs les plus demandées, quel que soit le pays, y sont proches de celles des robes des chevaux : gold / alezan, havane / bai, noir / alezan brûlé. De plus, les pièces haut de gamme durent dix ou quinze ans, les accessoires ont donc un rôle dans la dynamique économique.

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Être le plus fidèle à l’univers du cheval, car tout procède de lui. Rien que sur la matière : la brute élégance d’un cuir Barenia végétal. Pur comme la collaboration avec Frédérique Dessemond de Ginette NY. Je lui ai laissé carte blanche et elle a compris intuitivement cet univers et en a gardé les codes, jusque sur la selle or. Ses créations sont donc justes. Dans ce métier, la fonction prime sur l’esthétique.

Quels lieux entrent en écho avec le cheval, le cuir et votre démarche ?

Des lieux de liberté et de grands espaces, comme les États-Unis. Et aussi le Japon, pour la délicatesse, l’une des qualités de l’équitation, et la méticulosité – inhérente à la sellerie.

Avez-vous découvert une façon autre de travailler le cuir ou de monter à cheval ?

Non, au contraire, la culture équine est identique où qu’on soit sur la planète.

Un voyage dans le temps ?

Le plus beau jour, c’est demain ! Mais ayant visité la Grande Écurie à Versailles, vivre au temps de Louis XIV avec des chevaux partout devait avoir de la gueule ! Ces lieux sont magnifiques et ce qu’en a fait Bartabas est très impressionnant.

  • 1968 Naissance à Toulouse.
  • 1991 Institut supérieur du commerce, Paris.
  • 1999 Création de Guibert Paris, 22, avenue Victor-Hugo.
  • 2000 Ligne de bijoux en argent avec Robert Goossens.
  • 2004 Ouverture d’un corner chez Harrods, Londres.
  • 2008 Référencé dans le Guide Vuitton Paris.
  • 2010 Collection de briderie Atherstone avec le vétérinaire de l’équipe de France de jumping.
  • 2013 Première collection de maroquinerie cuir et toile Quarter Marker.
  • Septembre 2016 4ème collection capsule avec Ginette NY.

© Frédérique Bealet - Cyrille George Jerusalmi

Parfum Galop d'Hermès

Article suivant

Amours contraires