Ex profundis
Ex
profundis
Modèle Fifty Fathoms Bathyscaphe.

Modèle Fifty Fathoms Bathyscaphe.

Initiatrice de la montre de plongée moderne, en 1953, la maison Blancpain s’engage depuis quelques années dans la préservation des océans à travers son label Ocean Commitment.

En juin dernier, la manufacture suisse profitait de la Journée mondiale de l’océan pour confirmer son implication dans le monde marin. Partenaire de l’ONU, associé au projet Pristine Seas du National Geographic, Blancpain soutient aussi les expéditions du biologiste et photographe sous-marin Laurent Ballesta. Pionnier des plongées profondes, le scientifique rentre du pôle sud où il a photographié des spécimens pour la première fois. La manufacture perpétue ainsi sa relation avec la mer, débutée en 1953. Plongeur chevronné, son président, Jean-Jacques Fiechter, imagine en effet cette année-là pour Robert Maloubier, capitaine de la Marine française chargé d’une nouvelle unité de nageurs de combat, un modèle qui va définir les critères d’une «plongeuse», ou montre de plongée. Dotée d’une lunette tournante à mécanisme de verrouillage breveté, elle offre une lisibilité optimale, index blancs et aiguilles luminescentes sur cadran noir. Étanche à 50 brasses, fathoms en anglais, ce qui lui vaut son nom, Fifty Fathoms, elle est également adoptée par les militaires israéliens, américains ou allemands, et entre dans la légende au poignet du commandant Cousteau. Soixante ans plus tard, Laurent Ballesta plonge jusqu’à 200 m pour rapporter des images du cœlacanthe, l’un des plus vieux poissons du monde. Sur sa combinaison, un boîtier en titane de 55 mm, celui de la X Fathoms. Affichage séparé de la zone 0-15 m, mémoire de la profondeur maximale atteinte, compteur rétrograde pour les paliers de décompression… la montre de plongée du IIIe millénaire est née.

© Laurent Ballesta - Mathieu Martin Delacroix

213, rue Saint-Honoré, Paris www.colette.fr

Article suivant

Le choix de colette